Partagez | 
 

 La lecture commence les yeux fermés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: La lecture commence les yeux fermés   Mer 23 Mar - 18:30

Au commencement était la magie, la magie à l'état brut
Téha & Aiden

La poussière s'envola délicatement des pages jaunies qu'elle tournait sans relâche depuis bientôt deux heures, tourbillonnant dans les faibles rayons de soleil de ce début de Mai. Métaphore de ses pensées ne parvenant pas à s'ordonner, traduisant l'échec de sa réflexion qu'elle tentait de mener à bien, en vain. L'odeur de vieux parchemin qu'elle aimait tant ne parvenait même plus à la calmer. La Serdaigle leva la tête vers la fenêtre de l'autre côté de la pièce. Le soleil brillait, pourtant ce n'est pas là même chose que là-bas, dans son pays. Ici, même scintillant de toute ses forces, encore faibles pour un mois de Mai, sa lumière paraissait terne, voire même étrangement glacée.
De sa table, Téha jeta un œil à proximité; les quelques élèves studieux présents avaient tous pris leurs aises; tous avaient enlevé leur pull depuis longtemps et ne paraissaient pas souffrir du froid. Pour Téha, la situation était légèrement plus compliquée; une glace l'envahissait peu à peu, mais il s'agissait là d'une glace brûlante, se déversant lentement dans ses veines et dans son âme, tel un poison. L'échéance approchait, les mailles invisibles du filet pourtant bien présent se resserraient progressivement, insidieusement autour d'elle. Doute. Peur. Vide. Dans quelques mois, les examens de fin d'année arriveraient, et ce serait la fin de ses études. Oh, je vois, vous pensez que les examens accaparent son esprit, de même que la peur de ne pas réussir qui y est associée ? Détrompez-vous, Téha était au-delà de tout ça, bien au dessus. Il est pourtant vrai qu'elle éprouvait quelques difficultés à jeter des sortilèges à l'oral, la barrière de la langue étant compliquée à franchir. Ce maudit accent que certains trouvaient charmant, la mettait dans des situations parfois tellement compliquées qu'elle préférait nettement avoir recours aux sortilèges informulés en ce qui concernait les sorts anglais. Ce qui posait par ailleurs question à son professeur.

Frissonnante, la jeune fille se leva d'un pas décidé et retourna arpenter les allées de la majestueuse bibliothèque. Elle aimait beaucoup cet endroit. Le calme et la connaissance y régnaient en maîtres. Alors pourquoi n'était-elle pas capable de trouver ce qu'elle cherchait ? Prise d'un vertige, elle ferma les yeux se retenant à une étagère pour ne pas tomber. Ses jambes tremblèrent légèrement. Elle n'était pas particulièrement fatiguée non, mais les forces commençaient à lui manquer. Nous n'étions pas encore le dix Mai, elle ne pouvait pas manger. A cette idée, son estomac se serra tandis qu'elle réprimait de justesse un haut-le-cœur. Chuuuut... Elle ne doit pas y penser. Peut-être était-elle malade ? La septième année porta vivement sa main à son front; celui-ci était brûlant. Oui, sa température était certainement plus élevée que les trente-sept degrés réglementaires, pourtant Téha savait que ce n'était pas ce qui la mettait dans cet état. Sa température corporelle avait toujours été plus élevée que la moyenne, mais ces derniers temps encore plus. Pourquoi ? C'était l' une des questions auxquelles elle ne trouvait aucune réponse. Aller à l'infirmerie ? Et puis quoi encore ? Elle ne faisait confiance qu'à peu de gens, et c'était très bien ainsi.

Elle arpentait les allées désertes, section par section, sans savoir réellement où chercher. Ces milliers d'étagères lui donnaient le tournis. Ses doigts effleuraient les reliures des ouvrages sans s'y arrêter. Peut-être qu'en fermant les yeux et en laissant faire le hasard, elle trouverait l'ouvrage qui lui correspondait ? Après avoir pris quelques secondes pour s'assurer que personne ne venait, Téha ferma les yeux, laissant glisser ses doigts fins et pâles sur les ouvrages. Au bout de quelques minutes, l'un d'entre eux retint son attention. Son toucher se révélait étrangement sec et craquelé. Les lettres gravées en relief sur sa reliure possédaient quant à elles un toucher différent, perturbant. Dans la vie, il est nécessaire faire confiance à ses sens secondaires, plus instinctifs que le primat du visuel. En Occident, ces croyances là n'étaient que peu reconnues, mais en Inde, c'était un état d'esprit primordial pour qui souhaitait réussir dans la vie. La Serdaigle ouvrit les yeux. Le livre sur lequel reposaient ses ongles nacrés était d'une couleur gris clair, tâchée à quelques endroits par ce qui paraissait à première vue être du café. "Esprit et magie; pouvoirs insoupçonnés". Ses yeux bleus s'écarquillèrent sous le choc. Il s'agissait exactement du type d'ouvrage qu'elle recherchait depuis des mois. Elle s'empressa de le saisir, de peur que comme par magie, quelqu'un apparaisse et ne le lui prenne sous le nez. Serrant le précieux livre contre sa poitrine, la jeune  fille continua son chemin et changea de section. Cette fois, d'un pas plus assuré, elle se dirigea vers la partie de la bibliothèque consacrée à l'orientation.

*Que voulez-vous faire après vos études Miss Hummels ?* Lorsque Mrs Artkinson lui avait posé cette simple question lors de son inscription en septième année, suite à l'arrangement trouvé entre son père et le Ministre de la Magie Adjoint, une boule s'était formée dans la gorge de la Serdaigle qui n'avait su que répondre. C'était bien là un dilemme extrêmement complexe. Elle avait par ailleurs bien des difficultés à trouver quelqu'un avec qui en parler. Par méfiance, et à cause d'un comportement quelque peu paranoïaque, il fallait bien se l'avouer. Pourtant, lorsque l'on connaissait son histoire, il était impossible de le lui reprocher. Serdaigle... Pourquoi cet espèce de bout de tissu l'avait-il placée là ? Certes elle aimait beaucoup apprendre, mais son intérêt se limitait à certaines matières, il ne fallait pas non plus exagérer, elle n'avait rien d'une encyclopédie vivante ! L'intelligence... Pouvait-on vraiment dire qu'en envisageant parfois de s'opposer aux Hummels, et par conséquent à l'Aeternam Irae elle faisait preuve d'intelligence ? N'était-ce pas plutôt là une preuve de stupidité légendaire ? Téha se saisit nonchalamment d'un ouvrage qui lui paraissait plutôt complet et retourna à sa table d'un pas plus ou moins lourd du fait du poids considérable des livres qu'elle craignait de laisser tomber. Mieux valait s'éviter les foudres de la bibliothécaire.

Bruyamment, elle s'affala sur sa chaise, laissant tomber les ouvrages sur la table. Par lequel commencer ? Quel problème affronter en premier ? Les deux étaient de taille. Son récent changement d'apparence ? Sa magie incontrôlable ? Son orientation ? La blonde se saisit de sa plume bleu nuit, trempa celle-ci dans l'encre noire, prête à récolter la moindre parcelle d'information. Après un moment de réflexion, la jeune fille se décida finalement à ouvrir celui des deux qui l'intriguait le plus, celui qu'elle recherchait depuis tout ce temps. L'espoir fou d'avoir enfin des réponses lui donnait presque mal au ventre. Fébriles, ses doigts parcoururent rapidement le sommaire avant de s'arrêter sur le chapitre intitulé "Impact de l'astrologie et des forces naturelles sur la magie interne; normalité et pathologies". La Hummels fronça les sourcils, intéressant. D'un seul coup, la lecture l'absorba, plus rien ne comptait. Peu importait l'heure, les cours, les gens autour d'elle. Le château pouvait prendre feu qu'elle ne bougerait certainement pas d'un pouce. Elle voulait comprendre. Il le fallait.

Des forces naturelles à la magie brute
Nombre de chercheurs ont tenté dans notre histoire de comprendre l'origine de la magie. Comment celle-ci se manifeste t-elle, mais surtout d'où vient-elle ? Qu'est-elle ? En substance, nombre de travaux scientifiques magiques ont été établis, parvenant à des conclusions quelque peu éparses. Toutefois, toutes avaient pour point commun le fait que la magie brute, première, celle que tout nourrisson destiné à devenir sorcier possède en lui, prend son origine dans la nature, et plus particulièrement dans les forces naturelles qui en découlent.

Les forces naturelles sont au nombre de quatre; l'eau, l'air, la terre, et le feu. A sa naissance, la magie brute du nourrisson est composée d'une certaine quantité de ces forces. Tout comme les molécules composent les matières, les forces naturelles composent la magie brute. Chaque sorcier possède en lui ces forces qui influencent sa magie et notamment la nature de celle-ci. Toutefois, comme nous venons de l'évoquer ci-dessus, ces forces naturelles ne sont pas en quantité égale. Dans les raisons de ce déséquilibre, les travaux scientifiques magiques tendent à démontrer que l' Astrologie jouerait un rôle fondamental. En effet, la position des astres et les liens qu'ils entretiennent entre eux lors de la naissance du sorcier ont leur importance. Ainsi, selon sa date de naissance, notamment le mois, un sorcier naîtra selon un signe donné, différent selon la culture, mais dont la signification fondamentale reste la même."


Téha se frotta les yeux, pensive. Selon l'astrologie hindoue, elle était née sous le signe du "Karka", ce qui équivalait au signe occidental du Cancer. Ce signe regroupait tous ceux étant nés du 17 Juillet au 17 Août. D'après ce que sa mère lui avait appris, les personnes nées sous ce signe étaient destinées à être d'une nature rebelle, voire révoltée, insoumise et libertaire. Des aspirations visant le changement du monde pouvaient se retrouver chez elles. La blonde poursuivit sa lecture en recherchant directement son signe. Elle le trouva quelques paragraphes plus loin.

"Les individus nés sous le signe occidental du Cancer sont principalement sous l'influence des mois d'été, de la chaleur, de la sécheresse et du Soleil. L'élément de la nature majoritairement retrouvé chez eux, de manière tout aussi qualitative que quantitative, est le feu. Leur magie brute pourrait alors être vue comme un réservoir d'énergie brûlant, bouillant au centre de leur être."

Une boule se forma dans la gorge de la jeune fille, tandis que ses mains commençaient à trembler. Le début d'explication était là, au creux de ses mains. Mais pourquoi sa magie lui échappait-elle ainsi ? Pourquoi était-elle si cruelle et destructrice ?

"Bien entendu, les individus nés sous ce signe ne sont pas condamnés à ne répandre que la destruction autour d'eux, mais une prédisposition existe. Les gens nés sous ce signe, s'ils sont confrontés à des événements de vie traumatiques ou juste difficiles, peuvent rester fixés à ce feu interne, sans qu'aucune des autre forces ne puisse se développer assez pour pouvoir viser l'homéostasie magique interne. Cela peut être extrêmement désorganisateur pour la magie, qui peut être amenée à régresser à sa forme primaire déterminée par l'élément dominant, ici le feu. En ce sens, cette régression-fixation peut s'avérer dangereuse pour l'individu et son entourage puisque la magie brute s'avère être extrêmement difficile à contrôler. Un contrôle des émotions pourrait aider à réguler ce système, mais cette piste reste encore à développer."

Lorsque Téha termina ce passage, ses mains tremblaient tellement qu'elle avait du mal à tenir le livre. Cela réveillait trop de choses en elle qu'elle tentait inlassablement de maintenir à distance. Trop. Trop de douleur, trop de désespoir. Trop de colère, de rage. D'un geste violent, la jeune fille balaya d'un revers de main le contenu de la table, l'envoya balader dans les airs. Elle ne pouvait même plus hurler tant la colère était intense. Le livre qu'elle avait conservé dans la main attira alors son attention. La Serdaigle laissa échapper un cri; léché par des flammèches orangées, le bord des pages commençait à se consumer.

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 193
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Mar 29 Mar - 1:04

La lecture commence les yeux fermés
Téha & Aiden


When I was sixteen, my senses fooled me
Thought gasoline was on my clothes
I knew that something would always rule me
I knew the scent was mine alone

Ce qu'aimait le plus Aiden dans son métier de professeur, c'était la recherche. Il avait une soif insatiable de nouvelles connaissances, et ne cessait de parfaire son éducation concernant son domaine d'enseignement. Il n'en avait jamais assez, et n'aurait probablement pas assez d'une seule vie pour lire tous les grimoires que renfermaient la bibliothèque de Poudlard et sa réserve. Car si leurs ouvrages étaient pour la plupart des vieux livres pleins de poussière, beaucoup étaient rajoutés au fil du temps, car la magie était en mouvement constant. Des sortilèges et des potions étaient créés à tous les jours.

Aujourd'hui n'échappait pas à la règle, et le professeur de potions avait décidé de se recueillir quelques heures dans la bibliothèque en attendant son prochain cours. Le vendredi était une journée plutôt tranquille, il avait un cours tôt le matin alors que le suivant n'avait lieu que dans l'après-midi. Il avait donc du temps pour lui et refusait de le gâcher à ne rien faire contrairement aux autres enseignants qui préféraient discuter dans la salle des professeurs, ou aux élèves qui se pavanaient dans les couloirs ou se prélassaient dans le parc dès qu'un rayon de soleil faisait son apparition. Perte de temps. Il y avait tant à apprendre au sujet de la magie. Pas étonnant que beaucoup d'étudiants sortaient de Poudlard certes diplômés, mais guère plus brillants que lors de leur première année. Lors des dernières réunions de professeurs avec la directrice Artkinson, Aiden avait été étonné de voir à quel point les élèves d'aujourd'hui étaient si peu ambitieux. Beaucoup n'avaient aucune idée du domaine d'études dans lequel ils souhaitaient s'engager à leur sortie de Poudlard. Beaucoup ne comptaient pas faire d'études universitaires et se contenteraient de petits jobs. Sept années de perdues. Pas besoin d'apprendre la magie pour être vendeur chez Gaichiffon. Beaucoup avaient choisi leurs options de sixième année en fonction de leurs résultats scolaires, et non en fonction de leurs projets d'avenir. C'était vraiment regrettable... Une chance qu'il y avait encore quelques exceptions. Tous n'étaient pas des cas désespérés.

Après deux bonnes heures assis dans un coin tranquille de la bibliothèque, Aiden referma son gros ouvrage traitant sur les empoisonnements dus aux plantes exotiques, et se prépara à aller prendre un encas dans la grande salle en vue de son prochain cours avec les Gryffondor et les Serpentard, un cours qui était toujours plein de tension. Il se leva, faisant grincer la chaise derrière lui, lançant un regard noir au petit garçon qui cherchait la source du bruit, et traversa le labyrinthe de livres pour trouver la sortie de cette prison de connaissance.

Le petit cri étouffé par l'unique fille de son ami Andreas Hummels attira son attention sur son passage. La jeune femme mi-allemande et mi-indienne n'était ici que depuis la rentrée de septembre, pour des raisons que beaucoup ignoraient, mais Aiden avait été mis en charge par son paternel de la garder à l'oeil. Ce dernier ne lui avait pas donné les raisons qui l'avaient amené à intégrer sa fille à l'école britannique, mais si Artkinson avait accepté sa venue tardive entre leurs murs, c'est qu'elle avait probablement ses raisons. Le professeur avait tout de suite senti qu'elle avait quelque chose d'unique, et qu'une grande force dormait en elle. Il se trompait rarement au sujet du potentiel d'un étudiant. Toutefois, il trouvait qu'elle ne cherchait pas à s'en servir, qu'elle vivait sur ses lauriers. Elle était capable de grandes choses, et Aiden était prêt à l'aider à suivre cette voie.

Toutefois, ce n'était pas sa simple personne qui avait attiré son regard aujourd'hui, mais bien la situation fâcheuse dans laquelle elle se trouvait présentement. Beaucoup de monde la trouvait étrange, certains enseignants trouvaient singulier qu'une jeune fille vienne faire sa dernière année d'étude chez eux sans connaître les raisons qui l'avaient poussées à quitter l'Inde. Aiden comptait bien faire en sorte que personne d'autre ne s'ajoute à cette liste.

Un coup de baguette en direction du livre qui prenait feu, et ce dernier s'étouffa dans un crépitement. Aiden s'en saisit et le retourna pour en regarder la première de couverture. Avec une voix doucereuse, il brisa le silence.

« C'est très fâcheux, je ne l'avais pas lu... »

Il fit disparaître l'ouvrage et se tourna vers la jeune fille, mêlant leurs deux regards, bleus comme le ciel. Avec un air qu'il souhaitait aimable, il posa sa main sur la table et poursuivit.

« Je pourrais vous aider à stabiliser vos émotions, et à parfaire votre magie. Personne ne semble avoir vu ce qui vient de se passer, alors ça serait notre petit secret... »

All you have is your fire...
And the place you need to reach
Don't you ever tame your demons
But always keep 'em on a leash

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Mar 29 Mar - 20:50

Au commencement était la magie, la magie à l'état brut
Téha & Aiden

Le livre venait de prendre feu, brutalement. Elle n'avait même pas sa baguette en main. Incrédule, la jeune fille fixa un moment les flammes qui commençaient déjà à entamer les premières lignes du livre. Elle avait déjà eu l'occasion de lire certains ouvrages faisant cas de sorciers étant arrivés à cela, mais ceux qui réussissaient à obtenir des résultats précis et corrects étaient ceux qui possédaient un contrôle total sur leur magie, puisque la baguette ne servait qu'à canaliser celle-ci, à la concentrer en un point précis. De son côté, même si elle venait de réaliser de la magie sans baguette, elle ne l'avait pas souhaité, et encore moins contrôlée. Le feu qui avait surgi de ses mains, étrangement, ne la brûlait pas. Comme-ci elle était immunisée contre sa propre magie interne, ou comme ci elle avait lancé un sortilège de gèle-flamme, ce qui n'était pas le cas.

Soudainement, les flammes disparurent dans un crépitement caractéristique aussi rapidement qu'elles étaient venues, ne laissant derrière elles qu'une légère odeur de brûlé et quelques volutes de fumée grisâtre qui s'échappaient en direction du plafond. Que se passait-il ? Elle n'avait pourtant rien fait; la preuve en image; si le livre était désormais dépourvu de toute flamme, ce n'était pas vraiment le cas de ses mains. Entre ses doigts s'échappaient encore quelques flammèches résistantes. Vivement, la Serdaigle secoua ses mains, en vain. Par Merlin ! Comment allait-elle faire ? L'angoisse monta d'un cran, de même que les flammes rougeoyantes, lorsqu'elle vit le professeur Doherty qui avançait vers elle à grands pas. Notant la présence de sa baguette dans sa main, Téha comprit la raison de la disparition des flammes; c'était lui qui les avait éteintes. Vivement, elle dissimula ses doigts fins derrière son dos, tentant au maximum de ne pas les faire entrer en contact de ses vêtements ou de ses cheveux. Se retrouver à moitié nue ou à moitié chauve devant son professeur ne l'inspirait pas plus que ça. Une chance que ses longues boucles platines aient été relevées en une queue de cheval haute aujourd'hui. "Professeur Doherty ! Je..." Les mots s'étranglèrent dans sa gorge. Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui qui assiste à ce spectacle navrant ? Qu'avait-il vu et qu'allait-elle pouvoir lui inventer comme mensonge pour tenter de justifier ce désastre ? Elle aurait encore préféré se faire prendre par le bibliothécaire.

Contrairement à bien des élèves, la jeune fille n'avait pas de problèmes relationnels avec son professeur. Aiden Doherty se montrait plutôt agréable avec elle. Il n'avait strictement rien à lui reprocher en matière de potions certes, mais au delà de cet aspect sur lequel il ne pouvait rien redire, l'homme semblait plutôt l'apprécier. Encore une fois, le fait qu'il s'agisse d'un ami de son père y était certainement pour quelque chose, néanmoins, Téha se serait volontiers passé d'attirer son attention, voire même son intérêt sur elle. Tous les amis d'Andreas s'avéraient être pour elle possiblement toxiques, dangereux, porteurs d'un poison mortel. La bleue et argent avait même été jusqu'à mettre en oeuvre certaines stratégies dont le sabotage volontaire de ses potions de temps à autres, afin de ne pas attirer l' attention de Doherty sur ses capacités pour cet art. Mieux les gens en découvraient sur elle, mieux elle se porterait. D'ailleurs, elle avait plutôt été heureuse que seul le professeur Qvist soit témoin de ses difficultés de contrôle; elle avait déjà fort à faire avec lui pour le maintenir à distance. Paradoxal puisqu'il s'agissait d'un homme avec qui elle avait passé les trois quarts de son temps à valser l'été dernier lors d'une soirée mondaine.

La blonde reporta son attention sur Doherty qui regardait à présent l'intitulé de l'ouvrage encore quelque peu fumant. Mais bien sûr, rajoutons des problèmes, il n'y en avait pas encore assez. Quelle attitude adopter ? Il n'avait pas l'air en colère. Son visage était détendu quoique quelques plis traçaient désormais de légères lignes au travers de son front. Téha les mis sur le compte de l'étonnement. Naturellement, derrière son dos, ses mains se rapprochèrent de son corps. Tout en restant discrète, la septième année les éloigna vivement de ses vêtements. *Ne pas détendre les bras, ne pas détendre les bras.* Non, définitivement, elle n'avait aucune envie de se retrouver en sous-vêtements face à lui. La situation présente s'avérait déjà assez complexe. La voix de l'homme s'éleva, doucereuse, presque caressante. Intérieurement, la jeune fille frissonna tandis que son visage ne trahissait en rien tout ce qu'il se passait dans son esprit. En l’occurrence, beaucoup de choses s'y passaient; une chance qu'elle possède les bases d'Occlumancie au cas où. "C'est très fâcheux, je ne l'avais pas encore lu..." Aïe, aïe, aïe, c'était très fâcheux en effet; comme il n'entrait pas en confrontation avec elle, elle ne pouvait donc pas s'en débarrasser. Que répondre à cela ? Le cerveau de la Serdaigle tournait à plein régime. Cela ne répondait en rien à sa question: qu'avait-il vu ? Trop risqué de tenter une réponse, elle se contenta d'afficher un sourire quelque peu gêné, soigneusement choisi dans sa panoplie. Lorsqu'il fit disparaître l'ouvrage, elle retint un juron. Non, voyons, la bouche délicate d'une jeune fille de bonne famille ne prononce pas ces mots-là, mais en même temps... Elle avait mit tellement de temps à le trouver et elle savait désormais que le début des réponses à ces questions était dedans ! Le regard bleu azur de son professeur rencontra pour la première fois le sien d'un bleu peut-être légèrement plus profond. Elle remarqua qu'il commençait à vouloir s'installer lorsqu'il posa tranquillement sa main sur la table. *Donnez-moi une retenue que ça aille plus vite, pitié...* Raté. Il avait tout vu et visiblement saisi l'essentiel. "Je pourrais vous aider à stabiliser vos émotions, et à parfaire votre magie. Personne ne semble avoir vu ce qu'il vient de se passer, alors ça serait notre petit secret..."

Les rouages du piège se mettent en place, prêts à se refermer sur la souris blanche. Sans le vouloir, la jolie blonde venait d'éveiller l'intérêt de Doherty. Heureusement, elle en pris immédiatement conscience. Maintenant que le mal était fait, il fallait ajuster sa stratégie de survie. Il ne servait à rien de mentir, l'homme avait tout vu. Le piège était déjà enclenché et l'évitement ne serait plus possible désormais. Gagner du temps, subtilement, insidieusement. "On dirait qu'on ne peut rien vous cacher professeur..." Flatter l' ego, délicieusement, légèrement, sans en faire trop. Ce serait assez. Le truc en tissu ne s'était peut-être pas trompé en la répartissant chez les Serdaigles... La souris venait d'être invitée dans une nouvelle danse, une danse dangereuse; un tango empoisonné. Un secret, voilà ce qu'il proposait. En échange de quoi, cela restait à voir. Dans la vie, rien n'est jamais gratuit et Téha le savait parfaitement. Refuser n'était pas envisageable, cela attirerait les soupçons. Il fallait accepter la danse... et en tirer profit. Tout était question de finesse et dans ce domaine, la danseuse en connaissait un rayon "Vous semblez bien vous y connaître professeur. Au premier coup d’œil, vous avez su identifier mon problème et immédiatement proposer une piste de travail adaptée." Elle sourit de nouveau. "J'avoue que votre aide ne serait pas de refus. Réussir la pratique de mes aspics me paraît tout aussi important que de réussir la théorie."

Elle avait réussi à verbaliser l'échange qu'elle souhaitait. C'était parfait. De la finesse, un léger trait d'humour, un sourire subtil, de l'intérêt. Elle vit le piège se refermer sur elle, et ne pu que l'accepter. Désormais, il allait falloir réussir à tirer profit de l'enseignement de son professeur, et vu l'état de ses mains... Elle en aurait bien besoin. Il faut être deux pour danser sur le même rythme; en cela un dominant et un dominé sont liés par un contrats tacite; l'un accepte de se laisser guider et l'autre mène la danse. Mais les positions peuvent s'inverser, subtilement. "Que me demanderez-vous en échange de votre aide ? Après tout, vous me proposez de garder un secret." Andreas serait fier de sa fille.

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 193
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Mer 30 Mar - 4:27

La lecture commence les yeux fermés
Téha & Aiden


"Professeur Doherty ! Je..."

Armé d'un petit sourire en coin, Aiden leva la main pour lui faire signe d'interrompre sa phrase. Il lui était inutile de se justifier, le mal était déjà fait et, quoi qu'elle dise, elle ne pourrait le réparer. De toute façon, il ne s'agissait que d'un vieux bouquin poussiéreux, et peu de monde s'en souviendrait. Sauf qu'il n'était pas là pour la juger, bien au contraire. Maintenant qu'il avait été témoin de ses prouesses, il était disposé à l'aider à s'en servir à bon escient. Enfin, tout dépendait du point de vue. Andreas avait raison, elle était vouée à faire de grandes choses, et il comprenait enfin ce qu'il voulait dire. Il tâcherait de ne pas faillir à la mission qui lui avait été confiée par son ami allemand. Bien qu'il soit très proche des grandes familles de l'Aeternam Irae, il ne faisait pas partie de l'élite. Aider Téha dans son apprentissage de la magie britannique lui ferait certainement gagner quelques points supplémentaires. Après tout, il n'était que de sang-mêlé. Sa famille avait été de sang-pur pendant des générations, jusqu'à ce que son arrière-grand-père ne brise cette lignée. Il n'était pas considéré comme tel, mais il était conscient qu'on ne le verrait jamais tout à fait comme un égal, même si on ne le lui disait pas clairement.

Il ne souhaitait pas l'aider que pour tenir ses engagements, mais verrait ça également comme une victoire personnelle. Téha était une élève très brillante, et même si elle éprouvait quelques difficultés avec les sortilèges, elle n'avait aucune lacune en potions. D'ailleurs, elle était probablement l'une de ses élèves les plus douées, si ce n'était pas la meilleure. Il n'avait pas de mal à croire qu'elle s'en sortirait sans son aide pour ses ASPIC, mais il pouvait lui venir en aide dans un autre registre. Les potions n'étaient pas le seul domaine dans lequel excellait Aiden. Il aurait facilement pu tenir le poste de professeur de sortilèges ou celui de défense contre les forces du mal, en toute modestie. Ce dont il avait témoin correspondait plutôt à la deuxième option, mais il n'imaginait pas vraiment ce couard de Malefoy soutenir la jeune indienne. Pire, le blondinet courrait probablement dans le bureau d'Artkinson pour lui faire part de ses craintes. Je te jure...

"On dirait qu'on ne peut rien vous cacher professeur..."

Sarcasme ? Provocation ? Aiden ignorait comment considérer cette remarque, alors il décida de ne pas vraiment y prêter une quelconque attention. Cela pouvait tout aussi bien être une simple remarque amicale, ou un compliment. Ça serait tout autant bizarre, et le professeur chassa cette idée de sa tête.

"Vous semblez bien vous y connaître professeur. Au premier coup d’œil, vous avez su identifier mon problème et immédiatement proposer une piste de travail adaptée. J'avoue que votre aide ne serait pas de refus. Réussir la pratique de mes aspics me paraît tout aussi important que de réussir la théorie."

« Content que vous reconnaissiez l'importance de mon soutien, jeune fille. Avoir un tel potentiel magique est une qualité rare, alors imaginez tout ce que vous pourriez faire si vous pouviez le contrôler... »

On pouvait déceler la mélancolie dans la voix de l'enseignant. Quelque part, Aiden enviait la puissance de la jeune fille. Il était un très bon sorcier, mais il n'avait rien de spécial et ne se démarquait pas vraiment du lot. Pas étonnant qu'il ait une place si modeste au sein de la secte de Salazar. Par son nom de famille et son potentiel, Téha aurait droit à sa sortie de l'école une place de choix dans la hiérarchie. Les Hummels faisaient partie des familles principales de l'Aeternam Irae, et la jeune fille le dépasserait bien assez vite. Elle n'aurait même pas eu à faire ses preuves qu'elle aurait déjà beaucoup plus d'importance que lui au sein de l'équipe. Lorsqu'il y pensait, à quoi bon l'aider à s'en sortir ? Il ne serait pas vraiment plus apprécié, et il doutait que Téha ne leur fasse son éloge. Cependant, il y avait quelque chose de plus. Et il ne résolvait pas à l'abandonner à son sort. Pas juste pour les profits de l'AI, mais également pour elle. Dire qu'Aiden était antipathique était proche de l'euphémisme, mais il n'était pas sans coeur, et la jeune Hummels méritait son soutien.

"Que me demanderez-vous en échange de votre aide ? Après tout, vous me proposez de garder un secret."

Brillante. Très brillante. Téha était bien la digne fille de son père. Une vraie Hummels avec du répondant. Elle n'en avait pas l'air lorsqu'elle était en classe, mais elle semblait avoir un caractère bien à elle. Une certaine animosité cachée. Aiden esquissa un sourire. Qu'avaient les enfants des grandes familles avec lui ? Kazhan Hempton avait tenté de le manipuler pour qu'il l'aide à entrer dans la secte, ce dont il n'avait pas le pouvoir. Sa cousine, Charlie Hempton, lui avait brillamment rappelé ses origines impures. Et maintenant, c'était au tour de Téha de voir clair à son petit jeu. Non, il ne lui donnerait pas la satisfaction de la victoire ce matin.

« Pourquoi voudrais-je quelque chose en échange ? Un service n'en attire pas forcément un autre. Un professeur est sensé offrir son savoir et son aide à son étudiant. N'a t-il pas pour autant le droit d'avoir ses préférés ? »

Il lui accorda un petit clin d'oeil qu'il souhaitait amical. Avec un peu de chance, Téha tomberait dans le panneau. Il ne voulait rien en échange, mais s'il protégeait son secret et l'aidait à le dissimuler aux yeux des autres, il gagnerait sa confiance. Et puis, elle aurait une dette envers lui, qu'elle le veuille ou non. Dans le monde de la magie, c'était quelque chose de très important, et la mentalité des sorciers voulait qu'ils s'en acquittent. Peut-être qu'en Inde, c'était différent, mais Aiden ne doutait pas une seconde qu'il s'agissait d'un précepte que son père n'avait pas omis de lui inculquer.

Aiden chassa son repas de son esprit et fit signe à la jeune fille de le suivre jusqu'à la réserve de la bibliothèque. Étant donné qu'il fallait une autorisation pour y entrer, close qui ne concernait pas les professeurs, il pensa qu'ils y seraient tranquilles pour discuter quelques instants. Aiden n'était pas l'homme le plus sociable qui soit, avec ses élèves qui plus est. Alors le voir s'entretenir avec une étudiante sans l'intention de la réprimander serait perçu d'un oeil étrange par ceux qui le connaissaient bien. Il poussa la porte de la réserve et il y entra après avoir invité la jeune Hummels à y pénétrer. Il referma la porte derrière eux, et fit signe à l'élève de s'asseoir à la première table qu'il vit. S'assurant qu'ils étaient bien seuls, il plongea son regard dans celui de la blonde.

« Un tel feu qui brûle dans vos entrailles ne doit pas être simple à contrôler. J'ignore depuis quand vous avez cette force en vous, mais je n'ai pas vu un tel potentiel depuis bien des années. Et croyez-moi, j'ai croisé la route de sorciers de tous milieux. Qu'ils soient fréquentables ou non... Laissez-moi vous dire que des magiciens comme Dumbledore ou Voldemort n'auraient rien eu à vous envier. »

Flatter l'ego.

« Vous pourriez être en mesure de vous servir de ces flammes sans éveiller la curiosité de vos camarades. Je pense ne pas me tromper en disant que vous ne voulez pas que tous les regards ne se braquent encore plus sur vous. Je n'en ai peut-être pas l'air comme ça, mais j'en connais un rayon au sujet de la magie et de sa maîtrise. Personne ne vous a vue cette fois-ci, mais vous avez eu de la chance. Je suis disposé à empêcher qu'un tel incident ne se reproduise. J'en ai les compétences. Il vous suffit simplement de saisir la main que je vous tends. »


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Jeu 31 Mar - 18:45

Au commencement était la magie, la magie à l'état brut
Téha & Aiden

« Content que vous reconnaissiez l'importance de mon soutien, jeune fille. Avoir un tel potentiel magique est une qualité rare, alors imaginez tout ce que vous pourriez faire si vous pouviez le contrôler... ». Téha retint un sourire narquois. Visiblement le professeur avait marché dans son petit jeu. Parfait. Un sentiment étrange envahi la jeune fille qui mit quelques secondes à l'identifier; il s'agissait là d'une satisfaction quelque peu malsaine. Elle l'avait manipulé et l'avait amené à ressentir ce qu'elle désirait qu'il ressente. Une flatterie bien placée, et voilà l'ego de l'homme qui se gonflait. Elle l'avait manipulé et en tirait une satisfaction étrange. Pour la première fois de son existence, ce n'était pas elle qui était contrôlée par un père tyrannique et soumise face à sa volonté, mais c'était elle qui détenait le pouvoir. Posséder une emprise, même partielle et temporaire, sur une personne telle que Doherty était quasiment jouissif. Néanmoins, la Serdaigle ne se leurra pas; ce n'était pas l'emprise en tant que telle qui la satisfaisait, mais celle qu'elle possédait sur lui. Lui, l'ami de son père. Lui, l'homme froid et calculateur. Lui, dont elle se méfiait comme la peste. Lui, le maniaque du contrôle. Affilié comme il l'était à Andreas, le fait d'arriver à le manipuler revenait pour Téha à manipuler indirectement son père. C'était cela qui était jouissif. Manipuler Doherty revenait à mettre en échec celui qui avait détruit sa vie.

Quelque chose avait interpellé Téha dans les paroles de l'homme. Celui-ci avait laissé sous entendre que les raisons de ces débordements de magie n'étaient pas juste un manque de contrôle, mais également une question de potentiel. La jeune fille n'avait jamais vu les choses de cette façon. Elle avait toujours pensé qu'il s'agissait juste d'un problème de contrôle de magie qu'il fallait détruire. Aiden Doherty lui apportait là une vision autre, un angle d'approche différent. Il s'agissait selon lui d'un manque de contrôle certes, mais également d'un potentiel magique fort que l'on pouvait apprendre à contrôler. Peut-être n'était-elle pas juste une élève incapable de se contrôler en sortilèges ? Peut-être était-ce difficile pour elle à cause de ce potentiel puissant qu'elle n'arrivait pas ou plus à contrôler suite à cet été ? L'intérêt commençait à compléter la méfiance dans l'esprit de la jeune fille, et celui-ci s'éveilla encore davantage à l'évocation de ce qu'elle pourrait faire en contrôlant cette forme de magie... comment disait le livre déjà ? Brute. Si Dohery avait des idées sur l'usage qu'elle pourrait en avoir, il n'en dit rien, mais cela n'empêcha pas Téha de penser que les usages qu'en ferait son professeur divergeraient certainement des siens.

« Pourquoi voudrais-je quelque chose en échange ? Un service n'en attire pas forcément un autre. Un professeur est sensé offrir son savoir et son aide à son étudiant. N'a t-il pas pour autant le droit d'avoir ses préférés ? » La Serdaigle retint à la fois un sourire narquois et un air dégoûté. Piètre mensonge et sa tentative de séduction intellectuelle ne valait guère mieux. Il ne pouvait décemment pas avouer ce qu'il avait derrière la tête, mais la jeune fille restait persuadée qu'il ne lui apportait pas son aide juste "parce qu'elle était son élève préférée". Le fait d'accepter son aide, même si elle n'avait guère le choix en réalité, lui donnait l'impression de s'attacher volontairement à un potentiel bourreau. Charmant. Entre Wieder à qui elle devait son entrée à Poudlard et l'étouffement de son homicide involontaire, et lui, elle n'était décidément pas gâtée.

Le petit clin d'œil presque amical qu'il s'était permis de lui accorder lui donna la nausée. Cher professeur, quand on est ami avec le diable, il n'est pas possible d'avoir le comportement d'un ange. Néanmoins, ayant accepté la danse mortelle qu'il lui avait proposé, elle se devait de rentrer dans son jeu, voguant entre la posture de dominant et de dominé. « Effectivement, je pensais qu'un service en attirait toujours un autre car c'est ce que m'a ... enseigné mon père... Enfin peu importe... » Elle replaça délicatement une mèche rebelle derrière son oreille. Si d'un côté elle devait jouer à la parfaite Hummels ayant intégré les règles paternelles rigides, d'un autre il ne fallait pas se montrer trop agressive afin de ne pas attirer les soupçons, ce qui supposait un laisser-aller dans la relation. Jonglage difficile et périlleux. « Je vous avoue que votre version à propos de l'aide inconditionnelle m'intéresse tout autant, je serai ravie d'en apprendre plus. » Quand on prétend quelque chose, il vaut mieux avoir un solide argumentaire professeur... En attendant, il était nécessaire pour ne pas se faire démasquer de rentrer dans son petit jeu.

Soudainement, Doherty sembla prendre conscience qu'il était - oh incroyable - en train de converser tranquillement avec une élève, sans avoir l'intention de la réprimander, ou de l'humilier jusqu'à ce qu'elle veuille disparaître sous terre. La Serdaigle le vit s'éloigner d'un pas décidé vers la réserve en lui faisant signe de le suivre. Pendant un instant, le regard bleu de la septième année se posa sur le carnage qu'elle avait créé autour d'elle lorsqu'elle avait balayé le contenu de sa table. L'encre tachait le sol et les feuilles qui s'y trouvaient, le livre d'orientation quant à lui, avait misérablement atterri à cheval sur le haut d'une étagère. Téha se précipita sur sa baguette et d'un geste - et sans parole, ce qui aurait exaspéré Qvist - fit disparaître les dégâts, avant de rejoindre son professeur devant la porte de la réserve.

Tandis qu'elle réduisait la distance entre elle et lui, ses oreilles captèrent divers murmures intrigués « C'est Téha Hummels, de Serdaigle, elle a du bien l'énerver pour qu'il l'emmène là dedans... Mais d'habitude il se gène pas pour engueuler les gens en public, ça lui fait même une scène si tu veux mon avis. » Il ne manquait plus que ça...  « Hummels ? Bah c'est bizarre elle est pourtant forte en potions.. Pourquoi lui en voudrait-il ? A moins qu'elle l'est vexé... Elle peut-être douée pour ça si elle le veut. » Le pire fut lorsqu'elle croisa le regard narquois d'un Serpentard et qu'elle capta les paroles qu'il adressait à son camarade « Pssst, eh regarde un peu ! Hummels et Doherty... Je savais pas que les ptites jeunes c'était son truc ! Remarque, il a plutôt bon goût. C'est que c'est une vraie femme la Hummels ! » Téha s'arrêta net, fusillant le vert et argent du regard. Elle allait lui faire regretter ses paroles... Alors qu'elle allait s'avancer vers lui, prête à lui dégommer la tête, le regard bleu azur de Doherty qui l'attendait, la dissuada. Elle ignorait s'il avait entendu les divers murmures mais si c'était le cas, il ne semblait pas vouloir s'en occuper... Pas tout de suite du moins. Maudissant les flammèches qui sortaient toujours de ses doigts, Téha serra les poings et se hâta d'entrer dans la réserve, suivie de son professeur qui ferma la porte derrière eux. Après y avoir été invitée, elle s'assit et heureusement car sans cela, les soubresauts de son corps dus à la rage difficilement contenue, auraient été nettement plus visibles. La jeune fille inspira profondément, elle devait se calmer. « Un tel feu qui brûle dans vos entrailles ne doit pas être simple à contrôler. » Non, sans blague... « J'ignore depuis quand vous avez cette force en vous, mais je n'ai pas vu un tel potentiel depuis bien des années. Et croyez-moi, j'ai croisé la route de sorciers de tous milieux. Qu'ils soient fréquentables ou non... Laissez-moi vous dire que des magiciens comme Dumbledore ou Voldemort n'auraient rien eu à vous envier. »

Difficilement, la jolie blonde se força à mettre de côté la remarque douteuse qu'elle venait d'entendre, et dissimula ses mains sous le bureau auquel elle était assise. La colère étant tassée mais toujours bien présente, les flammes résistantes continuaient de brûler silencieusement. Toutefois si aucun bruit n'était perceptible, ce n'était plus le cas au niveau visuel. La réserve étant un endroit assez sombre, le doux éclat du feu illuminait légèrement le visage de Téha, accentuant les reflets ivoires de celui-ci. * Par Merlin, Téha ma fille reprends-toi, arrête ces trucs.* Malheureusement, plus elle s'efforçait à vouloir stopper ce phénomène, plus les flammes semblaient résistantes. Le bureau était en bois, il ne fallait pas qu'elle le désintègre et pour cela les flammes ne devaient pas grandir. Elle s'efforça de prêter attention aux paroles de Doherty. « C'est... quelque chose que j'ai toujours eu en moi. Lors de ma première manifestation de magie, j'ai manqué d'incendier notre demeure. Quand j'étais plus jeune, je réussissais davantage à canaliser mes émotions comme la colère, la tristesse ou même la peur. Une personne m'aidait beaucoup à cela. Et puis, ça s'est dégradé... Mais d'après le livre que j'étais en train de lire, ce... phénomène de magie là, serait une manifestation de ce qu'ils appellent "magie brute" dont la composante dépend en partie de l'astrologie. » Pour profiter de ce que son professeur avait à lui apprendre, elle devait lui permettre de comprendre certaines choses afin que ce soit productif pour elle. Elle ne pu retenir un petit rire lorsqu'il alla jusqu'à lui prétendre que de grands sorciers n'avaient rien à lui envier. « Vous ne pensez pas ce que vous dîtes professeur ! Je suis très loin d'avoir leurs capacités et leur force. Je ne suis qu'une élève de septième année, et il m'arrive régulièrement de me disputer avec ma baguette... » . Non, vraiment c'était bien trop gros là. Comment pouvait-il espérer lui faire avaler ça ?

« Vous pourriez être en mesure de vous servir de ces flammes sans éveiller la curiosité de vos camarades. Je pense ne pas me tromper en disant que vous ne voulez pas que tous les regards ne se braquent encore plus sur vous. Je n'en ai peut-être pas l'air comme ça, mais j'en connais un rayon au sujet de la magie et de sa maîtrise. Personne ne vous a vue cette fois-ci, mais vous avez eu de la chance. Je suis disposé à empêcher qu'un tel incident ne se reproduise. J'en ai les compétences. Il vous suffit simplement de saisir la main que je vous tends. » Téha sourit. Décidément, il doutait de son engagement. Elle lui avait pourtant déjà signalé qu'elle acceptait son aide. Il semblait tellement vouloir l'aider, pour des raisons personnelles, qu'il lui présentait quasiment son curriculum vitae. « Pourquoi penser que vous ne donnez pas l'impression de connaître la magie ? Je peux vous garantir que, même si vous enseignez les potions, les étudiants restent convaincus de mourir dans d'atroces souffrances s'ils venaient à perturber le cours. Vous êtes un ami de mon père professeur, et bien que mes rapports avec lui soient parfois... compliqués, je sais que s'il vous fait confiance, je peux également m'en remettre à vous. »

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 193
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Jeu 21 Avr - 3:58

La lecture commence les yeux fermés
Téha & Aiden



Aiden avait fait mine de ne pas s'en soucier, mais il avait bien entendu les commentaires désobligeants des autres élèves à l'égard de la jeune Serdaigle. Cependant, il avait d'autres chats à fouetter pour le moment. Il savait qui étaient les auteurs de ces remarques, et leur feraient regretter d'avoir sous-entendu qu'il aimait les petites jeunes. Bien que la femme qu'il fréquentait, si on pouvait vraiment dire ça, était plus jeune que lui de dix ans, il n'en préférait pas plus les jeunes femmes à celles de son âge. La preuve étant que son ex-femme était du même âge que lui.

« Ne vous souciez pas des regards des autres sur vous, Miss Hummels. Ils sont juste jaloux. »

Lorsqu'on accordait une telle attention à certaines personnes, c'était soit du désir, de l'attirance, ou bien de la jalousie. Pour les jeunes hommes, c'était probablement de l'attirance, car Téha, en plus d'être très brillante, était une très belle jeune fille qui devait plaire à beaucoup de monde. Pour les filles, ce devait être de la simple jalousie, pour les mêmes raisons. Les femmes ne s'appréciaient généralement pas telles qu'elles étaient, et regardaient toujours les autres à titre de comparaison. L'herbe est toujours plus verte chez le voisin, disait l'adage.

Le professeur de potions lui fit signe de ne pas s'en faire avec ça, son regard montrant qu'il réglerait ça lui même plus tard, et qu'ils pouvaient poursuivre.

« C'est... quelque chose que j'ai toujours eu en moi. Lors de ma première manifestation de magie, j'ai manqué d'incendier notre demeure. Quand j'étais plus jeune, je réussissais davantage à canaliser mes émotions comme la colère, la tristesse ou même la peur. Une personne m'aidait beaucoup à cela. Et puis, ça s'est dégradé... Mais d'après le livre que j'étais en train de lire, ce... phénomène de magie là, serait une manifestation de ce qu'ils appellent "magie brute" dont la composante dépend en partie de l'astrologie. »

L'astrologie n'avait jamais vraiment été son truc. Il avait toujours considéré cette branche de la magie comme de la foutaise. La magie divinatoire n'était pas une science exacte selon lui, et tout était sujet au changement.

« L'astrologie... Hmm je vois. Voyez-vous, je ne suis pas de cet avis. Je ne pense pas que votre magie vous vient des étoiles, ou que sa force peut changer en fonction de la position des planètes au moment où vous êtes née, ou si votre maison était en capricorne ou en gémeaux. Vous avez un don inné, il n'y a rien de plus à dire. Certaines personnes naissent avec. D'autres naissent cracmols. On ne choisit pas... »

Téha semblait ne pas prendre au sérieux ce qu'il lui disait. Il ne la comparait pas forcément à Dumbledore et Voldemort, mais voulait lui faire comprendre qu'elle avait le même potentiel magique qu'eux.

« Ces grands sorciers ont eux aussi eu dix-sept ans, vous savez... »

Avec un sortilège informulé, il fit venir un des gros ouvrages de la réserve devant les yeux de la jeune fille. "Magie incandescente - Volume IV, par G. Millefeux".

« Pourquoi penser que vous ne donnez pas l'impression de connaître la magie ? Je peux vous garantir que, même si vous enseignez les potions, les étudiants restent convaincus de mourir dans d'atroces souffrances s'ils venaient à perturber le cours. Vous êtes un ami de mon père professeur, et bien que mes rapports avec lui soient parfois... compliqués, je sais que s'il vous fait confiance, je peux également m'en remettre à vous. »

« Vous pouvez me faire confiance. Je suis conscient de la difficulté des rapports entre les parents et leurs enfants. J'ai moi même eu un fils, qui est aujourd'hui décédé, hélas... Ce n'était pas toujours facile entre nous, mais j'ai toujours voulu ce qu'il y avait de mieux pour lui, et je sais que c'est le cas d'Andreas aussi. Nous avons tous nos défauts, mais votre père est un homme bien. »

Aiden était sincère dans ses propos. Lorsqu'il parlait de son fils, c'était comme s'il était toujours là. Sam était mort beaucoup trop tôt pendant la bataille de Poudlard, alors qu'il était encore étudiant, et Aiden ne se pardonnerait jamais de ne pas avoir été à ses côtés lorsqu'il avait donné son dernier souffle. Il avait reçu un sortilège perdu, et était mort de ses blessures dans les secondes qui avaient suivi. On n'avait jamais su qui était le responsable de cet accident, et honnêtement, Aiden ne voulait pas le découvrir. Il s'en voudrait toute sa vie...

« J'ai les capacités pour vous aider à canaliser ce feu qui brûle en vous. Cependant, il va falloir que nous nous rencontrions ailleurs qu'ici, pour éviter les accidents et les soupçons. Aujourd'hui, on pourrait se contenter de théorie, en guise de briefing. Mais je pourrais vous donner rendez-vous dans la salle sur demande pour la pratique. Qu'en pensez-vous, est-ce que vous marchez ? »


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Ven 22 Avr - 21:51

Au commencement était la magie, la magie à l'état brut
Téha & Aiden
« L'astrologie... Hmm je vois. Voyez-vous, je ne suis pas de cet avis. Je ne pense pas que votre magie vous vient des étoiles, ou que sa force peut changer en fonction de la position des planètes au moment où vous êtes née, ou si votre maison était en capricorne ou en gémeaux. Vous avez un don inné, il n'y a rien de plus à dire. Certaines personnes naissent avec. D'autres naissent cracmols. On ne choisit pas... » Confrontation des cultures et des croyances qui y étaient rattachées. Téha retint un haussement de sourcils. Fermé d'esprit, cet homme était complètement enfermé dans un pragmatisme, voire un rationalisme morbide. Leurs manières de fonctionner et de penser divergeaient encore plus que ce qu'elle aurait pu penser. Etant née et ayant été élevée au sein d'une culture orientale, Téha avait appris très tôt à ouvrir son esprit à certaines choses que la majorité des sorciers occidentaux avaient encore du mal à considérer sérieusement. Doherty semblait faire partie de cette majorité. Cela rassura la jeune femme. Au plus il resterait à distance de sa manière de fonctionner, de sa façon de penser et de raisonner, au plus elle serait en sécurité. Il n'avait pas été capable de se saisir d'une théorie qu'elle considérait comme étant des plus intéressantes en raison des résonances reliées à son histoire personnelle et cela n'était pas plus mal. Conservation des distances.

De même, il serait peut-être plus facile de le manipuler que prévu. Il ne semblait pas bien attentif non seulement aux éléments que la Serdaigle avait été obligée de lui donner afin de pouvoir réaliser un apprentissage productif, mais aussi aux détails perceptibles à l’œil nu. Il n'avait toujours pas noté la présence, désormais atténuée, des flammèches. L'esprit de la jeune fille se détendit imperceptiblement et c'est alors que les petites flammes commencèrent à diminuer. Quel soulagement ! Aveugle, aveugle et sourd. Il n'avait pas relevé dans les révélations de son élève le fait qu'une personne avait pu autrefois lui apprendre à contrôler ses émotions, il n'avait pas cherché à savoir, ni à comprendre la manière dont celle-ci s'y était prise, et encore moins de qui il s'agissait. Le plus important lui avait échappé; il n'avait pas relevé la dégradation de sa maîtrise qu'elle lui avait rapidement évoqué, et s'était concentré sur la seconde partie de son explication; celle concernant la théorie qu'il venait de réfuter. Favoriser la théorie au dépends de l'aspect pratique. Quelle erreur pour un sorcier accompli tel que lui. Ainsi, il semblait vouloir travailler en superficialité, sans comprendre comment et pourquoi tout ceci était arrivé. La jeune femme était quant à elle persuadée qu'il ne s'agissait pas juste d'un don inné de réservoir de magie à contrôler; il y avait en plus un aspect pathologique auquel Doherty n'avait pas accès puisqu'il ne voyait apparemment pas l'idée de se demander "pourquoi", préférant compter sur l'explication plus ou moins rationnelle et simpliste de "don inné". Il allait falloir qu'elle retrouve le livre toute seule puisque son professeur ne daignerait certainement pas l'ouvrir.

D'un geste de sa baguette, Doherty fit venir d'une étagère haute de deux mètres, un volume aussi épais que l'avant-bras de la jeune fille. Théorie, théorie, théorie, jolie théorie... Avant d'y porter ses mains, Téha jeta un coup d’œil rapide à ses doigts. La tension s'était enfin apaisée et les flammes avaient disparu. Parfait. Enlevant ses mains de sous le bureau, elle enleva délicatement la poussière recouvrant le titre "Magie incandescente - Volume IV, par G. Millefeux". Téha ne put retenir un froncement de sourcils, elle n'avait jamais entendu parler de cette forme de magie, même dans ses années d'enseignement en Inde. Alors qu'elle venait de lui assurer qu'elle acceptait son offre et qu'elle retournait l'ouvrage afin de s'imprégner du résumé, l'homme reprit dans le ton de la confidence « Vous pouvez me faire confiance. Je suis conscient de la difficulté des rapports entre les parents et leurs enfants. J'ai moi même eu un fils, qui est aujourd'hui décédé, hélas... Ce n'était pas toujours facile entre nous, mais j'ai toujours voulu ce qu'il y avait de mieux pour lui, et je sais que c'est le cas d'Andreas aussi. Nous avons tous nos défauts, mais votre père est un homme bien. »
En entendant ces mots, la main de la jolie blonde se crispa imperceptiblement. Elle s'efforça de ne pas se figer et mis toute son énergie et sa concentration dans la lecture de la première phrase du résumé. En vain. Même le premier mot ne lui était pas accessible. Andreas Hummels, un homme bien. Quelle farce ! Respirer, ne pas se crisper. Une tâche bien difficile tandis que la sorcière s'efforçait de conserver son calme tout en sentant la colère qui recommençait à pointer au plus profond de son être. Maudit sang-pur des Hummels ! Il l'empoisonnait depuis toujours, rendant le contrôle de ses émotions compliqué, mais encore plus depuis son changement physique. D'ailleurs, c'était étonnant mais cela ne semblait choquer personne qu'une indienne possède une carnation ivoire et des cheveux argentés. Les occidentaux étaient décidément étranges. Se concentrer sur autre chose pour éviter une catastrophe, vite. Reprendre la première partie de la phrase. Qu'avait-il dit ? Parent... Enfant... Compréhension... La perte de son fils. Prenant conscience de ce que son professeur venait de lui confier, le sang de la jeune femme se figea et toute la tension retomba. C'était... inattendu. Vraiment inattendu. Pourquoi ? Pourquoi avait-il jugé nécessaire de lui confier un secret si personnel et si lourd ? Pourquoi s'autoriser une telle confidence à un tel moment ? Était-ce une preuve de confiance, une tentative de manipulation, un mensonge destiné à semer le trouble en elle ? Impossible de savoir. Pour la première fois, Téha hésita avant de prendre la parole. « Je... Je suis vraiment désolée professeur. Je ne voulais pas réveiller des souvenirs aussi... douloureux en vous parlant de mes relations avec mon père. Je... Penchons-nous plutôt sur ce livre. » Il était inutile de se poser trop de questions, il fallait qu'elle se concentre sur ce que son professeur pouvait lui apporter. « J'ai les capacités pour vous aider à canaliser ce feu qui brûle en vous. Cependant, il va falloir que nous nous rencontrions ailleurs qu'ici, pour éviter les accidents et les soupçons. Aujourd'hui, on pourrait se contenter de théorie, en guise de briefing. Mais je pourrais vous donner rendez-vous dans la salle sur demande pour la pratique. Qu'en pensez-vous, est-ce que vous marchez ? » La salle-sur-demande... Bien sûr qu'elle en connaissait l'existence. Ayant l'habitude de laisser traîner ses oreilles un peu partout, la Serdaigle en avait déjà entendu parler, toutefois il était intriguant que ce soit un professeur qui lui en parle délibérément. « Oui, très bien. ça me va parfaitement. D'ailleurs, j'ai déjà une première question concernant la théorie, ce livre se trouve dans la réserve, là où sont notamment entreposés les ouvrages de magie noire que les élèves ne peuvent consulter qu'avec une autorisation... Cela signifie t-il que cette forme de magie qu'il y a en moi, ou que sa maîtrise relève d'une forme de magie noire ? »

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 193
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Ven 13 Mai - 2:43

La lecture commence les yeux fermés
Téha & Aiden



Aiden avait toujours eu le don de sonder les gens, et le silence de Téha suite à sa remarque sur l'astrologie ne suffit pas à camoufler le fait qu'il l'avait peut-être contrariée, voire même vexée. Il était conscient que les croyances n'étaient pas les mêmes dans tous les pays et qu'en Orient, les gens étaient un peu plus ouverts à la magie divinatoire et à l'astrologie. Toutefois, il n'y croyait pas. Il respectait la jeune fille de croire que ses pouvoirs lui venaient de là, mais il ne partageait pas son avis. Aiden croyait plutôt que chaque personne naissait pour une bonne raison, que certaines étaient plus bénies des dieux que d'autres. Peut-être un rapport avec le karma... Mais sûrement pas avec les étoiles.

Cependant, il ne comptait pas s'embarquer sur un débat sur les croyances de chacun, car là n'était pas le sujet d'aujourd'hui. Pourtant, connaître les origines de ses pouvoirs pourrait l'aider à y voir plus clair. La magie indienne était différente de celle de l'occident, tout comme elle l'était en Amérique ou en Afrique. On racontait même que les sorciers africains, par exemple, n'avaient pas besoin de baguette pour avoir recours à la magie. Aiden n'avait jamais mis les pieds en Inde, et pourtant il savait qu'il serait dépaysé s'il devait s'y rendre. Y avait-il des restrictions magiques ? Les sortilèges impardonnables étaient-ils les mêmes ? Y en avait-il ? Certaines formes de magie noire étaient-elles acceptées, selon les croyances ? Lorsqu'ils auraient plus de temps, Aiden comptait bien questionner la jeune fille, pour sa propre culture. Après tout, il ne savait rien d'elle. Son père était totalement muet sur les origines de sa fille. De plus, il ne connaissait aucun indien au sein de l'Aeternam Irae.

« Je... Je suis vraiment désolée professeur. Je ne voulais pas réveiller des souvenirs aussi... douloureux en vous parlant de mes relations avec mon père. Je... Penchons-nous plutôt sur ce livre. »

« C'est moi qui en ai parlé, mademoiselle. Inutile de vous excuser... »

Soit, comme elle disait, il était temps de se pencher sur ce grimoire qu'il venait de faire voler jusqu'à eux. Il y avait beaucoup à apprendre parmi ces pages. Aiden en avait déjà feuilleté une bonne partie lors du passé, mais maintenant qu'il avait à faire à un cas semblable, il avait enfin l'occasion de s'y intéresser de plus près et de pouvoir lire entre les lignes.

« Oui, très bien. ça me va parfaitement. D'ailleurs, j'ai déjà une première question concernant la théorie, ce livre se trouve dans la réserve, là où sont notamment entreposés les ouvrages de magie noire que les élèves ne peuvent consulter qu'avec une autorisation... Cela signifie t-il que cette forme de magie qu'il y a en moi, ou que sa maîtrise relève d'une forme de magie noire ? »

« Disons plutôt que c'est une magie qui est inconnue à beaucoup de monde, et qu'elle pourrait en effrayer plus d'un. Les sorciers ont souvent peur de ce qu'ils ne connaissent pas et de ce qu'ils pourraient ne pas pouvoir contrôler. Mais si elle relève d'une forme de magie noire ? C'est ce que je compte bien découvrir. »

Pourtant, il n'en avait aucun doute. Il souhaitait plutôt une confirmation. En aidant la jeune fille, il bénéficierait ainsi de sa confiance, du regard d'Andreas, et pourquoi pas de la bénédiction de l'Aeternam Irae. Être un sang-mêlé n'était pas facile lorsqu'on travaillait pour le compte des méchants alors autant essayer de mettre toutes les chances de son côté. De plus, s'il pouvait découvrir les origines de la magie de Téha, d'où elle puisait un tel pouvoir, peut-être serait-il en mesure de l'apprendre lui même. Il deviendrait un mentor pour la jeune fille, mais serait également un élève en quelque sorte. La forcer à utiliser ses pouvoirs jusqu'à en découvrir la source.

« Pour commencer, il va vous falloir apprendre à contrôler votre colère. Je ne pense pas me tromper si je dis que vous n'avez pas eu une vie facile. Votre déménagement dans un pays qui vous est totalement inconnu a du être particulièrement éprouvant. Nouvel habitat, nouvelle école... On recommence à zéro. Classique. Il est donc normal que vous éprouviez un certain ressentiment face à une telle situation. J'ignore les raisons qui ont poussé Andreas à vous amener ici. Je connais votre père depuis très longtemps, mais il est très secret et ne parle pas beaucoup. Mais je sais qu'il n'y a qu'en faisant face à tout cela que vous vous en sortirez. Broyer du noir, ou en vouloir à votre père, ne vous aidera pas. Il faut que cette énergie soit utilisée autrement, car elle est très précieuse et pourrait être utilisée à des fins plus pratiques. »

Aiden posa les deux mains sur la table.

« Nous ne sommes pas amis, je ne suis que votre enseignant. Mais si vous avez besoin de parler, je peux être une bonne oreille. Parfois, discuter permet de régler une bonne partie du problème, et je pense que dans votre cas, ça vous aiderait à vous concentrer. »


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Ven 20 Mai - 14:22

Au commencement était la magie, la magie à l'état brut
Téha & Aiden

« Disons plutôt que c'est une magie qui est inconnue à beaucoup de monde, et qu'elle pourrait en effrayer plus d'un. Les sorciers ont souvent peur de ce qu'ils ne connaissent pas et de ce qu'ils pourraient ne pas pouvoir contrôler. Mais si elle relève d'une forme de magie noire ? C'est ce que je compte bien découvrir. » Ah oui... quand même... Le professeur venait implicitement de lui signaler qu'il comptait l'utiliser comme un gentil petit cobaye mignon et docile afin de découvrir la réponse à la question posée. Charmant. Voilà qui ne rassurait pas la jeune femme. La magie noire n'avait jamais été son truc. Celle-ci dégageait une aura malsaine et angoissante, qui empêchait quasiment la blonde de respirer correctement. Cela s'expliquait par le fait que cette forme de magie était, dans son esprit, directement reliée à son père puisque celui-ci en avait fait usage devant elle pour vider sa mère de son sang. Ceci expliquait cela. Le fait que Doherty lui-même ne sache pas lui donner une réponse précise concernant la nature exacte de la magie dont la théorie se trouvait dans cet ouvrage n'incitait pas vraiment la Serdaigle à se laisser aller, loin de là. Elle pouvait presque sentir des défenses supplémentaires venir s'ajouter au mur mental qu'elle dressait avec grande précaution, depuis Septembre entre elle et son professeur. Mur inébranlable, sans aucune faille. Pour le moment.

Il avait tenté de la manipuler. En répondant à sa première question, Doherty s'était trahi tout seul: « C'est ce que je compte bien découvrir. » Voilà, tout était là, résumé en quelques mots. Pourquoi lui avait-il proposé son aide en stipulant qu'elle était gratuite ? "Parce qu'elle était son élève préférée" Un beau mensonge. En réalité, l'objet de sa démarche était le suivant; il lui avait proposé son aide pour remplir son esprit de connaissances nouvelles. Téha n'était plus vraiment certaine que l'homme qu'elle avait en face d'elle sache réellement comment l'aider. Il voulait découvrir quelque chose. Celui qui découvre n'est pas celui qui sait. « Je vois... »

Je vois que ma méfiance était justifiée, je commence à percevoir l'esquisse de votre petit manège.


« Pour commencer, il va vous falloir apprendre à contrôler votre colère. Je ne pense pas me tromper si je dis que vous n'avez pas eu une vie facile. Votre déménagement dans un pays qui vous est totalement inconnu a du être particulièrement éprouvant. Nouvel habitat, nouvelle école... On recommence à zéro. Classique. Il est donc normal que vous éprouviez un certain ressentiment face à une telle situation. J'ignore les raisons qui ont poussé Andreas à vous amener ici. Je connais votre père depuis très longtemps, mais il est très secret et ne parle pas beaucoup. Mais je sais qu'il n'y a qu'en faisant face à tout cela que vous vous en sortirez. Broyer du noir, ou en vouloir à votre père, ne vous aidera pas. Il faut que cette énergie soit utilisée autrement, car elle est très précieuse et pourrait être utilisée à des fins plus pratiques. ». L'homme posa ses deux mains sur la table, de manière à surplomber son étudiante qui fut obligée de lever les yeux afin de garder un contact oculaire avec lui. Duel ou danse entre les iris bleutés ? Peu importait finalement. L'un revenait à l'autre. Le principal était de garder ce contact. Dominer cet affrontement. Conserver cette maîtrise. Contrôler.... Afin de garder les défenses en place. Bien que ne maîtrisant pas encore entièrement et parfaitement l'occlumancie, la jeune femme savait pertinemment dresser ce mur mental en cas possible danger. Les legilimens n'étaient pas courant, mais dans le doute, la jeune fille avait appris à se parer mentalement devant un possible danger. Il était inutile de préciser qu'à ce moment précis, les défenses mentales de la jeune Hummels étaient à leur apogée. Danser avec le diable n'était pas sans risque.

Contrôler sa colère... Oui, comme le livre qu'il avait si légèrement rejeté suggérait. Cela ne serait vraiment pas aisé. S'il pensait être à l'abri de tout danger, il se trompait. Celle-ci risquait en effet de causer quelques dégâts, comme lorsqu'elle s'était manifestée pendant le dernier cours de sortilèges... Antoine l'avait volontairement provoquée comme à son habitude, avec ce soupçon de sous-entendus la mettant mal à l'aise, et heureusement pour lui, ses cheveux étaient passés à quelques centimètres de légères flammèches. Toutefois, lorsque la rage qui coulait en libre service dans ses veines, ou la peur la dominaient entièrement, la situation pouvait s'envenimer bien au delà de quelques cheveux brûlés. La jeune fille ne put retenir un frémissement lorsque ses pensées la ramenèrent droit à la mort tragique de Shama, sa meilleure amie qu'elle avait involontairement tué. C'était abominable. La magie qui circulait en elle était destructrice, brûlante, détruisant tout sur son passage. Téha se sentait comme contaminée de l'intérieur par le sang Hummels, qui donnait selon elle, cette tonalité destructrice à sa magie. Elle ne parvenait pas à la maîtriser lorsqu'elle se révélait au grand jour, trop effrayée par les flammes qui paraissaient incontrôlables, si vivantes, comme animées d'une volonté propre. Pourtant, il était vrai que l'idée de parvenir à s'en servir à bon escient et de dominer cette rage était tentante, mais vraiment angoissante.

En attendant, Doherty se rapprochait d'elle par ses mots, aussi sournois qu'un serpent. L'air de rien, il était venu à frôler du bout du doigt son intimité psychique. Elle avait eu tord de le sous-estimer. Le déménagement... Parle-moi mon enfant.... Les non-dits de son père... Pourquoi as-tu atterri ici jeune fille ? C'était subtil finalement, un travail d'orfèvre. Mais insuffisant pour passer inaperçu aux yeux de Téha tant elle était sur ses gardes. « Nous ne sommes pas amis, je ne suis que votre enseignant. » - Et un ami de mon père, si vous pensez que vos belles paroles me feront oublier ce détail - « Mais si vous avez besoin de parler, je peux être une bonne oreille. Parfois, discuter permet de régler une bonne partie du problème, et je pense que dans votre cas, ça vous aiderait à vous concentrer. »

La jeune fille n'avait aucune envie de parler, encore moins à Doherty qui semblait penser que le déménagement était à l'origine du problème. Non, effectivement, il n'était pas son ami et il ne serait pas son psychologue. Il se mettait le doigt dans l'oeil s'il pensait que le simple fait de discuter de son histoire pourrait l'aider à régler "une bonne partie du problème". Le tout-cathartique était loin de pouvoir tout régler. Toutefois, elle avait accepté le marché, et il voulait qu'elle lui parle, qu'elle se confie à lui. Flatter l’Ego; cela demandait des sacrifices. « Je ne pense pas que le simple fait de parler puisse suffire à contrôler cette... colère, ou même m'aider à me concentrer. Cela risquerait plutôt de produire l'effet inverse et... Je ne tiens pas à vous blesser. » Ou si peu...

Il ne s'agissait pas vraiment de colère en réalité, mais plutôt d'une rage, d'une explosion de lave incandescente. Ou d'une angoisse paroxystique. Ou d'un désespoir profond. Ou les trois mêlés. Parler d'elle, de son histoire risquerait au contraire de briser la stabilité précaire qu'elle s'efforçait de trouver. La jeune femme était comme une funambule sur un fil, une danseuse de corde, à des mètres du sol, sans filet pour la rattraper si elle venait à tomber. Le faible contrôle qu'elle avait pouvait être symbolisé par un balancier, et la faire parler revenait à choisir délibérément de le lui enlever. Aussi, fallait-il que Doherty soit prêt et disposé à la rattraper au vol. Mais pouvait-elle faire confiance à un membre de l'Aeternam Irae ? En réalité, elle n'avait juste pas d'autre choix. Il ne fallait pas qu'il puisse être amené à douter d'elle. « Mais si vous insistez... Hum, par où commencer ? Si père ne vous a jamais rien dit à mon sujet... »

Il fallait procéder à un tri ultra rapide. Que révéler, que dissimuler, que transformer ? « Petite, j'en voulais à mon père. Il n'était pas vraiment présent pour moi. Je vivais en Inde, lui travaillait en Allemagne et il voyageait beaucoup. J'étais une enfant plutôt calme mais la colère due à l'absence de mon père avait tendance à... couver en moi. D'ailleurs comme je vous l'ai dit, ma première manifestation de magie n'a pas été des plus discrètes. Une personne m'aidait beaucoup à canaliser autrement cette énergie, notamment par la danse. ça peut sembler dérisoire et ridicule comme moyen, mais c'est la seule chose qui ait jamais fonctionné. La danse me permettait d'extérioriser autrement mes émotions. Mais... les choses se sont ensuite dégradées... »

Devait-elle lui révéler la suite ? Non certainement pas, en tout cas, pas la version officielle. « Je... Il s'est passé quelque chose... » La gorge de la jeune fille se noua sans qu'elle ne puisse poursuivre. Lentement, elle se força à prendre une grande inspiration mais cela ne suffit pas à tasser la rage et la tristesse qui montaient en elle. L'air frais de la réserve qui entrait dans ses poumons semblaient devenir brûlant l’asphyxiant plus qu'autre chose. C'était à cause de gens comme Doherty que sa mère était morte. Elle serra les poings et réprima son envie de lui sauter à la gorge. « Ma mère... est... est... décédée. Et... la danse n'a plus suffit. » A cause de lui, d'Andreas son père. A cause d'individus comme lui, sans scrupules et prônant une ridicule et grotesque supériorité d'un sang prétendu "pur". La haine montait en elle, puissante, violente. Elle venait de lui fournir une arme, et pas des moindres, mais elle n'avait pas le choix.

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 193
MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   Ven 17 Juin - 2:16

La lecture commence les yeux fermés
Téha & Aiden


Que pouvait-elle bien lui raconter ? Aiden voyait très bien que Téha était méfiante vis à vis de lui, ce qu'il pouvait très bien comprendre. Il aurait probablement douté de lui, lui même ! Mais en dépit du fait que Téha pouvait lui être bénéfique, Aiden était des plus sincères et souhaitait réellement l'aider. Gratuitement, sans rien en échange. Certains pervers en auraient profité pour demander quelques faveurs en échange d'une aide précieuse, mais le professeur de potions ne faisait pas partie de ces gens là. Il avait toujours été quelqu'un de fidèle en amour, jusqu'à preuve du contraire. Depuis peu, il fréquentait, du moins c'était un grand mot, la jeune Ekatarina Woszieck, cette sorcière polonaise elle aussi membre de l'Aeternam Irae, et bien que leur relation soit plus officieuse qu'officielle, Aiden avait une grande affection pour la jeune femme, et il savait que ses sentiments étaient partagés depuis leur baiser au clair de lune.

« Je ne pense pas que le simple fait de parler puisse suffire à contrôler cette... colère, ou même m'aider à me concentrer. Cela risquerait plutôt de produire l'effet inverse et... Je ne tiens pas à vous blesser. »

Ah, si Aiden avait pu être legilimens... Il n'aurait pas eu besoin de tout ce blabla pour en savoir plus sur la jeune fille. Il savait qu'elle cachait quelque chose. Si elle lui racontait certaines choses, il était certain qu'elle dirait ce qu'elle voulait, et que d'autre part elle dissimulerait des détails primordiaux. Ne pas mentir, tout en omettant de nombreuses vérités. Ce ne serait pas chose aisée, mais à force de la cuisiner, elle finirait par se laisser aller. En dépit de son côté sévère, Aiden pouvait être très persuasif, sans avoir besoin de se servir de son mauvais caractère.

« Mais si vous insistez... Hum, par où commencer ? Si père ne vous a jamais rien dit à mon sujet... »

Pourquoi ce revirement de situation ? Avait-elle finalement compris qu'il était de son côté ? Un petit sourire illumina le coin de ses lèvres l'espace d'un instant. Elle s'apprêtait à lui révéler certains détails de sa vie privée. Sa résistance n'avait pas duré longtemps, et elle commençait à se livrer.

« En effet, comme je vous l'ai mentionné, votre père est quelqu'un de très mystérieux... »

Il ouvrit attentivement les oreilles, dans le but de comprendre chacun des détails qu'elle s'apprêtait à lui révéler. Si elle ne lui dévoilait pas tout, il en saisirait probablement le sens dissimulé. Car à moins d'être bonne en improvisation, elle ne parviendrait pas à changer toute son histoire, et ne ferait que la déformer afin de la faire paraître moins désagréable. Or, Aiden pensait avoir compris à quel point elle avait eu une vie bien plus difficile qu'elle ne l'avouerait. Andreas était quelqu'un de très spécial, et Aiden ne pensait pas se tromper en disant que si Téha était là aujourd'hui, c'était à cause de lui, et non grâce à lui. La jeune Hummels avait vraiment l'air de quelqu'un qui n'était pas à sa place dans ce monde, comme un animal en cage qu'on aurait retiré de son habitat naturel.

« Petite, j'en voulais à mon père. Il n'était pas vraiment présent pour moi. Je vivais en Inde, lui travaillait en Allemagne et il voyageait beaucoup. J'étais une enfant plutôt calme mais la colère due à l'absence de mon père avait tendance à... couver en moi. D'ailleurs comme je vous l'ai dit, ma première manifestation de magie n'a pas été des plus discrètes. Une personne m'aidait beaucoup à canaliser autrement cette énergie, notamment par la danse. ça peut sembler dérisoire et ridicule comme moyen, mais c'est la seule chose qui ait jamais fonctionné. La danse me permettait d'extérioriser autrement mes émotions. Mais... les choses se sont ensuite dégradées... »

« Je ne trouve pas cela ridicule, bien au contraire. Beaucoup de gens extériorisent leur colère dans les arts et les sports... »

Lorsqu'il était plus jeune, le quidditch était son remède contre la colère. Voler sur un balai était libérateur pour lui, et l'avait empêché à de nombreuses reprises de faire des choses qu'il aurait pu regretter.

« Je... Il s'est passé quelque chose... »

Aiden fronça les sourcils, car si ses précédentes révélations n'avaient rien de spécial, ce qu'elle s'apprêtait à lui raconter était de l'inédit. En saurait-il un peu plus sur les côtés sombres d'Andreas ? Ou cela n'avait-il aucun rapport avec lui ?

« Ma mère... est... est... décédée. Et... la danse n'a plus suffit. »

La mort de sa mère. Était-ce ça qui l'avait conduite au Royaume-Uni ? Aiden s'attendait à quelque chose de bien plus sombre. Si elle vivait avec sa mère en Inde et que son seul parent encore en vie était Andreas, il était donc légitime qu'elle ait du le rejoindre là-bas. Mais le désespoir dans la voix de Téha semblait plus profond, comme si la mort de sa mère était inattendue. Sa colère était probablement due à une injustice, un imprévu... C'était peut-être indiscret, mais il fallait qu'il en sache un peu plus.

« Oh... Cela explique certaines choses... »

Aiden se gratta l'arrière de la tête, et poursuivit.

« Cette colère... Elle provient bien de quelque part. Qu'est-il arrivé à votre mère qui justifierait un tel émoi ? »


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La lecture commence les yeux fermés   

Revenir en haut Aller en bas
 
La lecture commence les yeux fermés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut tomber pour mieux se relever
» Les yeux fermés, le regard noir .: Privé - Gabrÿelle Evans :.
» Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]
» Même déguisée je te reconnais les yeux fermés ▬ Nyx & Wesley
» Seul, les yeux fermé, l'esprit ouvert. [PV Darn, Lacrimo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeternam Irae :: Magical Story :: Écosse :: Poudlard :: Intérieur :: Quatrième étage :: La bibliothèque-