Partagez | 
 

 Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 324
MessageSujet: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Sam 23 Jan - 1:22



Une étincelle peut mettre le feu à la plaine


Les premiers cours… Antoine se souvenait de ces premières où en tant qu’élève il découvrait une nouvelle matière, ou un nouvel enseignant. Etait-il comme ses congénères ? Il en doutait sérieusement, après tout quel élève normalement constitué serait ravi d’avoir une nouvelle matière à apprendre, une nouvelle discipline à découvrir, et quel élève serait ravi de rencontrer un nouveau sorcier pour pouvoir le jauger et en tirer le meilleur ? Peu vous me direz, et ce même au sein de la Chambre Bleue de Beauxbâtons, et pourtant c’est ainsi qu’Antoine avait fonctionné. Avant de prendre ses fonctions à Poudlard, il se doutait bien que son arrivée ne serait pas perçue de la même façon par les petits britanniques. Et ce pour plusieurs raisons : premièrement, les anglais avaient la fâcheuse tendance à ne pas être respectueux et à ne pas saluer leurs professeurs, chose que ne supportait pas le Français, élevé dans un milieu où l’on devait se lever par respect à l’entrée du professeur dans la salle de classe. Secondement, il prenait la difficile relève du Professeur Flitwick, qui d’après ce qu’il en avait entendu était extrêmement apprécié par les élèves, de par son air bonhomme, sa petite taille sa gentillesse extrême et la simplicité de ses cours. Etre Français, avec un léger accent certes mais si faible que peu le percevaient, et prendre la relève d’un professeur de renom n’était pas chose aisée. Mais Antoine se sentait prêt à assumer cette difficile mission. Après tout, ce n’était pas la pire qu’il aurait à mener, il était habitué à bien pire depuis son intégration au sein de l’Aeternam Irae, des missions dangereuses comme à chaque fois. Affronter quelques dizaines d’élève serait dans ses cordes. Après tout, peut-être avait-il hérité de la firme enseignante de sa mère, la Professeure Qvist, spécialiste en histoire des antiquités sorcières. Cela, il le vérifierait bien assez vite.

Après une pointe d’anxiété, après tout c’est le moteur essentiel pour être au top, Antoine avait commencé ses cours de manière assez facile, en présentant sa matière selon son propre point de vue et en finissant le cours entamé par son prédécesseur. Autant dire que la danse des ananas n’était pas ce qu’il avait le plus apprécié enseigné aux premières années, devant plus d’une fois donné ses habits à Valérien pour qu’il les nettoie. Oui, Antoine ne faisait pas confiance aux Elfes de maison, trop goguenard, trop niais, trop stupides : il avait bien plus confiance en son fantôme de valet de chambre, un fidèle parmi les fidèles. Fort heureusement, le courant passait assez bien avec les plus âgés de l’établissement. Il s’était vite montré comme un professeur strict et sévère, très demandeur dans sa matière, mais capable de reconnaitre le travail de ses élèves, prônant le mérite à travers un classement interne à chaque classe. Bien entendu, les Serdaigles, les élèves dont il avait récupéré les rênes de la maison, très semblable à sa Chambre bleue, étaient à chaque fois dans le haut du classement, ainsi que les Verts, tandis que les Gryffons siégeaient à la dernière place, faute en était à leur manque de discipline et de rigueur. Strict certes, mais somme toute sympathique, aimable, poli, un gentleman de la vieille aristocratie française comme on en faisait plus.

Aujourd’hui, notre Français entamait un nouveau cours et c’est en avance qu’il arriva dans sa salle de classe, vêtu comme à son habitude d’un classique costume sombre avec une simple chemise blanche – un classique dans la mode masculine, et une fine cravate aux reflets bleutés. Sortant sa baguette d’un geste large mais élégant, il agrémenta la pièce de quelques sortilèges de sécurité : sortilège d’imperméabilité, et de multiples sorts de protection aux meubles, bureaux, chaises, rideaux et autres accessoires de la salle, dont notamment la série de lithographie représentant d’antiques sorts qu’il avait ramené de sa collection personnelle. Les événements récents au Ministère, et l’intervention de son groupe, l’Aeternam Irae, avait semé le trouble dans l’esprit de beaucoup et notamment des élèves.  Il faudrait les divertir, leur offrir du grand spectacle pour endormir leur méfiance et les rassurer. Officiellement il le faisait pour éviter tout mouvement de panique, officieusement il souhaitait réellement endormir leur méfiance, certains pourraient en effet rejoindre leurs rangs une fois que l’AI arriverait au pouvoir.

Antoine procédait aux derniers sortilèges d’ignifugation quand arrivèrent les premiers élèves.



AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Sam 23 Jan - 15:43

«  Une étincelle peut mettre le feu à la plaine  » Δ Kazhan & le reste de la classe

La nouvelle s'était répandue à la vitesse d’un sortilège informulé. L’AI avait frappé la nuit dernière au sein du ministère de la magie, et la plupart des gazettes ne parlaient que de ça. Même si les sorciers se voilaient la face en accusant le coup prônant la réactivité du ministère de réélire un nouveau ministre en moins de 24 heures. Moi de mon côté, j’étais amusé de la situation. Prenant mon déjeuner c’est-à-dire une simple pâtisserie dans les couloirs, je marchais direction la salle d’enchantement. Le pantalon gris accompagnée de chaussure cirée et d’un pull en laine col V au couleur de ma maison, était l’uniforme obligatoire. Je finis ma dernière bouchée à quelques dizaines mètres de la porte d’entrée, je remarque quelques élèves surement de quatrième ou cinquième année marcher dans ma direction un journal à la main. Ils semblent à la fois apeurés et déterminés. Le sortilège d’attraction fonctionne à la perfection et le journal leur glisse des doigts pour se retrouver dans les miennes alors que passe entre le groupe direction la salle de classe. Ah oui, j’ai un talent incontesté pour les sortilèges informulés depuis quelques mois. Non pas sans protestation de leur part je me retourne, m’arrêtant pour les regarder. Très vite ils comprennent qu’il fallait lâcher l’affaire. J’avais acquis ma réputation du prince des Serpentard et mon nom de famille m’y aide pour beaucoup.


Posant mes yeux sur la couverture titrant sur les évènements d’hier je me concentre sur une lecture intensive des commentaires dans l’édito. Je ne peux m’empêcher de sourire en lisant les lignes retraçant minutes par minute ce qui s’était passés au ministère. J’étais à présent dans la salle de sortilèges, je relève la tête à la vue d’un homme dans mon champ de vision. Un léger coup de tête en signe de salutation « bonjour ». C’était notre nouveau professeur, mes parents m’en avaient déjà parlé. Il est français et de grande famille, comme les Kazhan. D’ailleurs je me demande bien comment mon père pouvait me parler de ce professeur bien avant que quiconque sache son arrivée dans le château. Je savais que mon père avait une place essentielle dans la révolte qui venait de se produire et très vite je tilt sur une possible implication de Monsieur Qvist au sein de l’Aeternam Irae. Je m’installe sur une table près d’une fenêtre j’étais le seul arrivé. Je me concentre sur la lecture des articles de la gazette que j’avais dans les mains.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Lun 1 Fév - 18:51

Une étincelle peut mettre le feu à la plaine
Seth Caroll
feat.
toute la classe


 

 



 

 

La journée ne pouvait pas mieux commencer, aux dernières nouvelles le ministère venait de connaître un coup d'État par une secte appelé l’Aeternam irae. Tout le monde en parle autour de soi. Un sourire en coin ne quitte pas mes lèvres depuis mon réveil. Je m’empresse de rejoindre la grande salle pour enjamber le banc où mes compagnons m’ont gardé une place avec le journal plié sur mon assiette. Nous débattons des évènements qui venaient de se produire. Les conversations sont houleuses mais moi je reste penché sur mon assiette enregistrant chaque position qu’ont mes compagnons, ça peut toujours servir. Je décide de ne pas finir mon déjeuner, rien ne pouvait me contrarier aujourd’hui ni même mon appétit qui semble faire grève. Je prends mes deux livres posés sur la table et sort de la grande salle direction le cours de sortilège.

Un de mes cours préféré et un de mes professeurs préféré. Il était le directeur de ma maison et de par mes résultats scolaires je savais qu’il m’avait remarqué parmi la horde de bleu et argent qu’il dirige. Certains appelleront ça de l’arrogance, moi j’appelle ça de la confiance en soi. C’était aussi le seul cours ou ma casquette passait la plupart de son temps sur mon bureau car l’accoutrement scolaire était de rigueur dans son cours. Je remets le col de ma chemise (je déteste les chemises) avant de faire mes premiers pas dans la classe. Quand je disais que rien ne pouvait m’irriter aujourd’hui c’était jusqu’à ce que je remarque Hempton dans le fond de la salle. Je peux m’empêcher de lui décrocher un regard noir, lui le prince des serpents et qui essaye de s’imposer comme un leader naturel. Je marche en direction de la table la plus à l’opposé de lui c’est-à-dire de l’autre côté au fond. Saluant le professeur d’un simple geste de tête je m’installe derrière ma table posant mon livre et mon cahier. Ma baguette devant moi j’attends patiemment regardant chacune des nouvelles têtes qui entrent.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Autority ϟ Obey him

Messages : 22
MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Sam 13 Fév - 4:36


       
C'est la St Valentin

       

       

       
Même si les ASPIC sont importants, l'amour l'est tout autant. Je mets donc la prochaine personne au défi d'utiliser les mots suivants :



Séduction
Langoureuse
Fleur
Chocolat
Sentiment

       
code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Teacher & co ϟ Docendo discimus

Messages : 324
MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Lun 15 Fév - 0:22



Une étincelle peut mettre le feu à la plaine


Les élèves rentraient, un par un, au compte-goutte, dans la salle au bois ciré et aux grandes fenêtres qu’était la salle des Sortilèges et d’Enchantement, un salle bien vaste, permettant assez aisément les exercices pratiques sans qu’un sortilège n’atteigne une cible vivante par inadvertance, une salle qui plaisait au jeune professeur, de par son style très traditionnel, quelque peu ancien, avec des boiseries, des pupitres d’une autre époque, ayant conservé l’emplacement pour l’encrier, accessoire cher à tous sorciers mais définitivement disparu chez les Moldus. Pour le moment, Antoine ne faisait pas vraiment attention à eu, il laissait cette charge à son valet, ce cher M. Loisel, qui en lévitation surveillait d’un œil sévère chaque élève pour vérifier tantôt que la jupe de la jeune fille était bien assez longue, au niveau du genou, ou que la cravate du garçon était bien serré, quitte à remédier à tout cela par avec des manières assez brutes, mais après tout qui a dit qu’un fantôme était délicat. Pendant ce temps-là, Antoine continuait à lancer des sortilèges d’ignifugation sur les tissus, tableaux et rideaux de la salle de cours, le sujet de la journée portant sur le feu il voulait éviter de mettre le feu au château du fait de la maladresse d’un élève. Quand enfin il eut fini, il se  dirigea nonchalamment mais avec élégance jusqu’à son bureau, sur lequel il posa une fesse, une manière de paraitre décontracté malgré tout. L’apparence était très importante, en toutes circonstances. Pour le moment, seuls quelques élèves étaient arrivés, bien trop peu pour considérer que la classe était pleine. Au fond de la classe s’était installé un Serpentard, Kazhan Hempton, dont l’enseignant connaissait la famille pour baigner dans le même milieu obscur, tandis qu’à son opposé se tenait un des meilleurs élèves de Serdaigle – sachant que les Serdaigles sont par nature les meilleurs élèves de l’école, il comptait ainsi parmi les meilleurs des meilleurs – Seth Caroll. Un prénom assez sombre mais le professeur ne connaissait encore rien des aspirations profondes de son élève. Contrairement à son homologue des Verts et Argent qui était en train de lire la Une de la Gazette sur l’attentat du Ministère, M. Caroll attendait sagement que la classe se remplisse et que le cours débute. Les autres élèves présents avaient moins d’envergure : un trio de jeunes filles vertes  qui gloussaient encore plus qu’un dindon à trois têtes en regardant sans aucune discrétion leur leader au fond de la classe, quelques récalcitrants rouge et or qui essayaient de desserrer tant bien que mal leur encolure, suite à la remontrance de M. Loisel sur leur nœud de cravate. Ils faisaient les fiers en arrivant, comme tous ces empotés de Gryffondor mais maintenant se faisaient tout petit en jetant des regards noirs aux Serpentards se moquant d’eux. Un groupe de plusieurs Poufsouffles, à l’air idiot et insouciant, blaguait à propos du dernier cours de Botanique où une Serdaigle avait apparemment crié de dégoût après que des pois de Bubobulb avaient tâché et empestait sa tenue. En parlant de tâche, l’un de ces trois énergumènes auraient bien fait de se regarder, sa manche droite étant tâché avec du chocolat, sûrement un vestige du petit déjeuner. Et au premier se tenaient enfin un parfait petit couple de Serdaigles en train de relire pour la millième fois un chapitre dans leur manuel d’histoire de la magie sur le soulèvement des Harpies en 1633 face à la coalition des gobelins au sein du département des Etres. Ca arrivait souvent chez les intellectuels, ils développaient de réels sentiments à force de côtoyer la sacro-sainte bibliothèque, préférant les livres aux fleurs .Une joyeuse bande, mais bien incomplète. Les autres arriveraient sûrement en cours de route, à leurs risques et périls.

- Bonjour à tous chers élèves, en espérant que vos esprits soient assez éveillés pour ce cours, car nous avons un programme chargé aujourd’hui. Bien que la Saint-Valentin approche à grand pas, je ne vous apprendrai aucune recette de Potion de Séduction comme ce pourrait être le cas en cours de Potions, non je tiens aujourd’hui à vous apprendre des sortilèges à la fois utiles et impressionnants.

Qui n’a jamais rêvé d’enfermer une flamme dans un bocal ? Ou d’impressionner ses amis en marchant dans un feu sans exprimer la moindre douleur ? Dans ce cours je vous apprendrai de tels secrets… Marcher sur l’eau ne sera plus un mystère pour vous et vous saisirez pourquoi certains anthroposorciers pensent que la religion chrétienne est due aux délires de mégalomanie d’un sorcier du nom de Josué, devenu Jésus chez les Moldus… Vous apprendrez à apprécier les formes langoureuses des vagues et à les maîtriser, à les magnifier.  L’air, invisible mais omniprésent, le feu, puissant et ravageur, l’eau, calme et puissante, et la terre, nourricière mais brutale, seront vos alliés pour ces prochains cours.

Oui vous avez raison, je suis obligé de meubler un peu le cours le temps que vos camarades ne finissent d’arriver… En attendant, qui pourrait m’éclairer sur le sortilège du Gèle-Flammes ?





AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ravenclaw ϟ Intelligence is surest

Messages : 213
MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   Lun 28 Mar - 17:56

Sortilèges et baguettesCe n'était pas possible, comment fallait-il s'y prendre pour réussir à passer du second étage au troisième ? Cela faisait trois fois qu'elle tentait de réaliser cet exploit, mais à chaque fois, elle devait mal calculer son coup puisque ces maudits escaliers ne l'amenaient pas à l'endroit escompté. C'était pourtant au troisième étage qu'avait lieu son premier cours de sortilège ! La Serdaigle était sortie en dernier du dortoir après s'être levée en retard et les autres étaient partis en avance. Par conséquent, elle se retrouvait seule comme une andouille à voyager entre les étages sans parvenir à comprendre le système de fonctionnement du château. Intérieurement, Téha se mit à maudire la directrice qui, lors de son admission, n'avait pas pris le temps de lui expliquer certaines bases de fonctionnement de cette école occidentale. Qu'elle devait avoir l'air cruche dans cet escalier à tournicoter dans tous les sens depuis un quart d'heure... Sa cousine Petra qui semblait avoir à redire sur ses manières nobles aurait sûrement été interloquée lorsqu'une série de juron prononcés en hindi, sa langue maternelle, s'échappèrent de la bouche de la septième année.
Par Merlin, comment pouvait-elle faire ? Alors qu'elle allait s'asseoir pour réfléchir, un bruit venant de derrière elle attira son attention. Se retournant, elle fut happée de chaque côté par deux élèves de... comment disait-on déjà ? Pufsufle ? Powssoufale ? Oh, par Merlin, des élèves revêtant l'uniforme jaune et noir. "Tu fais quoi ici seule alors que les cours ont commencé ?", demanda l'un d'entre eux. Oh mince, fallait-il que ce soit un préfet ? Ce n'était pas possible ! "Je... Je suis nouvelle et je... " Devait-elle dire la vérité ? Certainement pas, plutôt s' enterrer vivante que de révéler la vraie raison de sa présence ici. Elle reprit "Je suis en cours avec le professeur de sortilèges pour la première fois mais j'ai du retourner chercher mon livre que j'avais oublié." Il faut croire que le hasard faisait bien les choses puisque les jaunes et noir allaient aux aussi en cours de sortilèges, aussi Téha put les suivre et réussit à atteindre le troisième étage, bien qu'elle n'eu toujours pas compris la technique.

Arrivés devant la porte, l'un des Poufsouffle se tourna vers elle, coinça son livre sous son bras et s'approcha. Instinctivement, la blonde eu un mouvement de recul, mais le septième année insista: "C'est ta cravate, elle n'est pas mise correctement. Si le professeur te voie comme ça, tu te feras réprimer." Sa... cravate ? Téha baissa les yeux vers son oeuvre qu'elle avait tenté de réaliser tant bien que mal avant de venir. Bon, elle dut reconnaître que son travail s'apparentait plus à de l'art moderne qu'autre chose. Petra se serait écroulée de rire à coup sûr. Toutefois, elle ne pouvait pas s'en blâmer, elle avait fait de son mieux; dans son ancienne école en Inde, cet accessoire qui ne semblait servir à rien, n'avait pas sa place. Il allait falloir qu'elle recherche un sort permettant de le réaliser par magie. Renonçant, elle se laissa faire, observant attentivement les gestes du jeune homme. Ce bout là allait là, tandis que celui-ci devait faire trois fois le tour avant de tourner à droite par le bas... et... Bon, elle abandonna une fois de plus. Une fois la tâche accomplie, l'élève lui donna une petite tape sur l'épaule et poussa la porte de la salle de classe. Tous les trois entrèrent, Téha en dernier. "Bonjour professeur Qvist, veuillez nous excuser pour ce retard, mais nous aidions cette jeune fille à faire son nœud de cravate avant qu'elle ne puisse franchir le seuil de la salle de cours." Tous deux allèrent s'asseoir sans hésitation à leur place, laissant apparaître Téha à la vue de tous. Était-ce possible d'être plus mal à l'aise ? Téha eu la réponse en découvrant son professeur. Avait-elle réellement pensé quelques minutes avant que le destin faisait bien les choses ? Devant elle se tenait Antoine Qvist, un ami de son père qu'elle avait rencontré à une soirée mondaine durant l'été, soirée pendant laquelle la jeune fille avait passé une bonne partie de son temps à danser avec lui, sans lui marcher sur les pieds, il fallait quand même le préciser. En revanche, l'homme et son père s'étaient bien gardés de mentionner qu'ils seraient amenés à se retrouver, mais en des circonstances bien différentes que celles d'une danse.
© 2981 12289 0

• • • • • • • • • • •


Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.

Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une étincelle peut mettre le feu à la plaine [Cours ASPIC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» AU DANEMARK C'EST COOL, ON PEUT S'METTRE TOUT NU ✎ HELL.
» Tu vas pas t'y mettre toi aussi !? [PV Alexis]
» plan pour mettre fin à l’ exclusion de la Diaspora haïtienne et de l’arrière-pay
» Peut-on se passer de la farine de blé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeternam Irae :: Magical Story :: Écosse :: Poudlard :: Intérieur :: Troisième étage :: Salle de sortilèges-