Partagez | 
 

 [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Fallen Order ϟ Have courage

Messages : 388
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Jeu 11 Fév - 5:51




Crazy in Love
Sofia Karlberg
Andrew & Opale
<3
« I look and stare so deep in your eyes,
I touch on you more and more every time,
When you leave I'm begging you not to go,
Call your name two or three times in a row
Such a funny thing for me to try to explain,
How I'm feeling and my pride is the one to blame. »
Les mains d’Andrew réussissaient à lui donner envie de mourir et de vivre. Il était tellement tendre avec elle que, malgré le fait qu’elle n’avait aucune expérience en amour, elle n’était aucunement gênée ou troublée par ses gestes. De plus, il s’agissait d’Andrew, l’homme qui faisait battre son cœur depuis un si long moment. Elle avait rêvé de ce moment si souvent… depuis tellement longtemps, qu’elle avait simplement l’impression d’être l’actrice de son propre film. Son cœur battait tellement vite et tellement fort, qu’il y avait quelque fois où il lui faisait aussi mal que s’il tentait de prendre la fuite et de quitter sa cage thoracique. Elle savait bien que c’était humainement impossible, mais il en restait tout de même qu’elle avait cette enivrante sensation. Le corps de son amant pesait lourd contre elle et, bien qu’elle tentait de ne pas y faire attention, certaine partie de son corps la frôlait dangereusement, lui prouvant qu’elle avait une certaine emprise sur lui, lui prouvant que chaque partie de son corps la désirait entièrement. Le lionceau au creux de son ventre se mit à ronronner, lui faisait ressentir des frissons exquis qu’elle ne pourrait certainement revivre avec personne d’autre. Opale laissa les mains d’Andrew exploré son corps sans faire le moindre mouvement pour le repousser. De toute façon, elle n’en avait pas envie, elle souhaitait sentir la douce sensation de brûlure à chaque parcelle de sa peau qu’il rencontrait et apprivoisait. Elle était prête à tout pour lui… avec lui. Elle voulait qu’il soit son premier tout. Son premier amour. Son premier frisson. Sa première passion. Sa première chair. Lorsque leurs lèvres se quittèrent, Opale eut l’impression qu’elle manquait d’air, comme si l’on venait de la débrancher de sa bouteille d’oxygène. Ce qu’elle souffrirait si elle devait le perdre à tout jamais. Elle avait donc tout naturellement profité de ce court moment de répit pour apprendre par cœur le corps de son garde-chasse afin de pouvoir le revoir dans son esprit lorsqu’elle se sentirait seule dans son lit du dortoir des Gryffondors. « Une vrai lionne au tempérament de feu... » Elle se mit à sourire alors qu’elle entreprenait de découvrir ce corps qu’elle n’avait, jusqu’à maintenant, qu’imaginer en rêve. Elle avait fait de ses lèvres siennes en faisant valser leur langue. Elle frissonna de désir en l’entendant gémir tout contre ses lèvres et elle ferma les yeux en laissant ses doigts s’aventurer par eux même sur la chemise du garde-chasse. Il la serra contre son corps, ne perdant aucune occasion de la caresser, mais elle ne pouvait pas s’en plaindre puisqu’elle avait l’impression qu’il lui faisait pousser des ailes. Il sembla momentanément contrarié qu’elle quitte ses lèvres, ce qui la fit rigoler doucement, alors qu’elle entreprenait de goûter une autre partie de son corps. Opale sentait qu’il était prêt à perdre le contrôle et elle se demandait encore pourquoi il se retenait de la sorte. Oui, Andrew avait été timide et distrait, mais elle lui montrait qu’elle était prête à tout pour lui, non ? Avait-il besoin qu’elle lui dise verbalement qu’elle était prête à devenir sienne ? Elle sentait au plus profond de ses entrailles qu’il était le seul à pouvoir lui montrer qu’elle était une femme et à franchir ce pas. Lorsqu’elle lui dit qu’elle était bien avec lui, Andrew resserra instinctivement ses bras sur elle et elle hoqueta de plaisir et de désir lorsqu’il lui murmura que lui aussi.

Obéissante et docile comme elle ne l’avait jamais été, Opale laissa Andrew reprendre le dessus sur elle. Il vint caresser son ventre et la jeune femme sentit un frisson intense lui brûler les reins. Lorsqu’il entreprit d’enlever son pull, Opale tenta de tout faire pour lui faciliter la tâche.  Elle se mit cependant à rougir comme une adolescente, montrant son corps à un homme pour la toute première fois. Elle ferma les yeux, un moment embarrassé. « Tu es magnifique. » suffire à lui faire oublier sa gêne et elle ouvrit les yeux pour regarder cet homme qui ne portait aucun jugement sur elle et qui se contentait seulement de l’aimer. Andrew descendit sa tête vers sa taille et commença à lui souffler des baisers qui l’embrasèrent au point de la faire gémir à chaque contact de ses lèvres sur sa peau. Elle porta sa main à sa bouche, légèrement intimidé de se laisser aller de la sorte. Il remonta doucement, mordillant sa peau et elle comprit la sensation qu’elle lui avait fait ressentir lorsqu’un million de feux d’artifice explosèrent en elle. Lorsqu’elle sentit sa langue contre sa peau, l’étudiante se mit à gigoter, incapable de s’empêcher de gazouiller de plaisir. Cette sensation était des plus agréables et elle se demandait s’il était possible de… « Opale... » Oh bon sang. Un frisson si grand la parcourut qu’elle fut certaine qu’il l’avait lui-même ressenti. La façon dont il avait mentionné son nom… c’était un peu comme si Dieu venait parler a un croyant. Elle se noyait, elle perdait pied, elle devenait sauvage. Andrew goûtait sa peau comme un enfant avec une glace et elle grogna doucement lorsqu’elle ressentit le petit picotement sur son cou. Elle était certaine qu’elle resterait marquée et, étrangement, cette sensation l’excita, même si elle se doutait qu’elle devrait trouver une explication pour les plus curieux. Andrew s’agrippa à son pantalon et Opale gémit. Il appela de nouveau son prénom et il se mouvait d’une façon qui ne laissait aucune place à l’imagination. Elle rougit, sachant pertinemment ce qu’il avait en tête. Maintenant, elle était timide, parce qu’elle était vierge et qu’il le savait. C’était si nouveau et… délicieux. « Si tu veux que j'arrête, dis-le moi maintenant... Parce que je ne suis pas sûr de pouvoir me retenir après. » Cette unique phrase eut pour effet d’enflammer la jeune blonde qui bougea son bassin l’impulsion du moment. Le regard d’Andrew dans le sien lui rendait fiévreuse et elle n’était pas certaine d’avoir encore le contrôle sur ses gestes. Ses mains s’agrippèrent à la ceinture du garde-chasse et ses yeux s’assombrirent aussitôt. Elle ne voulait pas avoir peur, elle ne voulait pas paraitre pour la fille qui ne pouvait pas prendre ses propres décisions. Elle était forte et elle l’avait toujours été. « Et si je te le montrais ? » dit-elle en jouant doucement avec la boucle de sa ceinture. « Est-ce que tu comprendrais ? » continua-t-elle en faisant glisser la ceinture qui retenait le pantalon de son amant. Elle était en plein contrôle, pour le moment, mais s’il devait la toucher de nouveau… la bête sauvage qui sommeillait en elle prendrait probablement le dessus.

© 2981 12289 0

• • • • • • • • • • •

Amen
Last night I had a dream The dream I had was true I fell through the stars When walking on the moon Burned like a thousand candles in his arms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wizard ϟ Call it magic

Messages : 235
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Ven 12 Fév - 2:13



❝You and me❞
Drewpale

♫ ♫ ♫

If you're looking for the main attraction
Just hold on tight and let me do my dance
If you want it I'm gonna be vavavoom, voom
If you got it, you got it, you got that boom, boom

Andrew avait posé sa question avec les derniers méandres de son esprit encore clair, la voix hachée par ses inspirations trop rapides. Il sentait ses membres trembler sous la pression de ses muscles et le contrôle qu'il exercait sur lui-même. L'homme ne se retenait encore que pour une seule raison... Parce qu'il savait que cétait la première fois d'Opale, et qu'il ne voulait surtout pas la gâcher. Il craignait de l'effrayer, de la blesser ou d'aller trop vite pour elle. La jolie blonde était après tout sensiblement plus jeune que lui et ils n'avaient certainement pas la même expérience. Ce qui pouvait lui sembler naturel prendrait une toute autre dimension pour la jeune femme... Chaque caresse, chaque baiser devrait être décuplé au contact de sa peau vierge... Ses émotions se jouaient de lui. Il souhaitait la protéger tout autant qu'il la désirait mais ses caresses, elles, devenaient de plus en plus fiévreuses. Ses doigts glissaient à la limite de son pantalon, jouant avec la peau douce qui recouvrait le bas-ventre de la jeune femme et s'aggripèrent à ses hanches lorsqu'Opale se mit à gémir - une musique délicieusement indécente qui l'enflamma pour de bon. Mais il attendait toujours sa réponse... Et ce fut d'un langoureux mouvement du bassin de sa part que Andrew sentit sa raison sombrer.

Un gémissement rauque et marqué par le désir franchit ses lèvres. Son souffle s'érailla, ses pupilles se voilèrent, de la même teinte sombre que celle que portait désormais Opale. « C'est plutôt... clair, » articula-t-il, ses yeux rivés sur les doigts fins qui firent glisser sa ceinture sur le sol. La voir ainsi s'apprêter à le déshabiller l'excita beaucoup plus qu'il n'aurait osé l'avouer. Andrew esquissa un léger sourire, masquant ainsi le feu qui s'emparait de ses reins et la pression qui ne demandait plus qu'à se libérer. « Impatiente ? » haleta-t-il, le souffle court. Il se pencha pour ravir ses lèvres et se débarrasser fébrilement de sa chemise qui tombait toujours sur ses bras, mordillant la chair tendre jusqu'à ce qu'elle rougisse.  Puis il dériva dans son cou, sa langue effleurant la marque qu'il avait laissé là quelques instants plus tôt. Elle serait sienne. A son tour, l'homme entreprit de la dévêtir, faisant sauter le bouton de son jean d'un geste habile. Ses mains se glissèrent sous le tissu et le firent descendre d'un geste vif au milieu de ses cuisses. Son souffle court brûlait sur la peau d'Opale. Il ne quitta sa chaleur que pour finir de retirer son pantalon, et le sien par la même occasion. Ses cheveux étaient devenus un véritable champ de bataille, sa poitrine se soulevant frénétiquement à chaque battement de son coeur. Il laissa son regard errer un instant sur les courbes de son amante, son ventre se tordant de désir. Lorsqu'il revint la rejoindre, ses mains épousèrent les formes de ses cuisses et remontèrent lentement jusqu'à ses hanches. Sa peau nue était si douce que ses caresses semblaient la survoler. Andrew câla sa prise sur le haut de ses cuisses, se mouvant au-dessus d'elle avant de la plaquer contre le canapé d'un coup de bassin. La pression soudaine de leurs corps le fit vibrer contre la jeune femme. Une de ses mains s'enfouie dans ses cheveux d'or, ses lèvres se perdant dans le creux de son cou et près de son oreille qu'il vint mordiller avec impatience. Puis il se releva légèrement avant de donner un nouveau coup de bassin, ses hanches ondulant contre les siennes. Un gémissement étouffé se perdit dans sa gorge.  « Je crois que je vais perdre la tête, » souffla-t-il.  « Tu me rends fou. » Sa main quitta ses cheveux d'ange pour empoigner ses fesses et presser son corps contre son membre, tandis que ses doigts encore libres se démenaient pour défaire l'attache de son soutien-gorge. Lorsque celle-ci céda enfin, Andrew se courba en avant pour reprendre ses baisers là où il s'était arrêté, avide de retrouver la douceur de sa peau. Ses lèvres dévièrent trop rapidement sur sa poitrine qu'il découvrit lentement du bout de sa langue, son souffle chaud s'éternisant sur la peau tendre qui s'y dressait. Une myriade d'émotions explosaient en lui, battant dans ses veines au rythme de ses hanches. Il haletait, sa vision troublée par le voile sombre qui recouvrait ses pupilles. Opale ne devait plus pouvoir ignorer le désir qu'il avait pour elle. L'homme mouva sa jambe sous la sienne afin de relever sa cuisse, et sa main se glissa le long de son ventre. Lorsqu'il atteignit l'élastique de son bas, Andrew plongea à nouveau son regard dans celui de son amante. Il ne voulait manquer aucune de ses réactions... Alors quand ses doigts glissèrent encore un peu plus bas, il se mordit la lèvre et retint son souffle, le désir pour son amante brillant plus que jamais dans ses yeux.
© Pando

• • • • • • • • • • •



Won't tell anybody that you turn the world around
I won't tell anyone that your voice is my favorite sound
I won't tell anybody,
won't tell anybody
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fallen Order ϟ Have courage

Messages : 388
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Ven 12 Fév - 5:25




Crazy in Love
Sofia Karlberg
Andrew & Opale
<3
« I look and stare so deep in your eyes,
I touch on you more and more every time,
When you leave I'm begging you not to go,
Call your name two or three times in a row
Such a funny thing for me to try to explain,
How I'm feeling and my pride is the one to blame. »
La belle blonde sentit qu’elle venait de perdre le contrôle lorsqu’Andrew s’était mis à gémir sous son coup de bassin… ou peut-être était-ce ses mains tout près de son anatomie qui le rendait aussi impatient… aussi fou. Elle savourait l’effet qu’elle avait sur lui et elle adorait se dire qu’elle était la seule à pouvoir le mettre dans un tel état… ça la rendait euphorique. « C'est plutôt... clair. » Il regardait les doigts inexpérimentés de la jeune demoiselle qui se débrouillait tout de même plutôt bien pour tenter de le dévêtir. Elle se mit tout de même à rougir, parce qu’elle se sentait ridicule d’agir ainsi, parce qu’elle se sentait tellement jeune à ses côtés. Pendant un instant, un court instant, elle se demanda même si les choses n’allaient pas trop vite entre eux. Après tout, elle venait tout juste d’avouer son amour à Andrew et… il l’avait tout de même repousser lorsqu’elle lui avait fait part de ses sentiments. C’était quelque chose qu’elle ne pourrait jamais oublier, la douleur qu’elle avait ressentie lorsqu’il lui avait brisé le cœur. Elle eut un petit pincement à l’abdomen… « Impatiente ? »… qui se mua rapidement en un petit grondement qu’Andrew vint étouffer en s’emparant de ses lèvres. Sa bouche lui faisait mal sous les attaques d’amour incessantes d’Andrew, mais c’était un mal qui lui paralysait le cerveau. Lorsqu’il se débarrassa de son haut, la jeune étudiante ne put que frissonner davantage, malgré le fait qu’elle se sentait impuissante de ne pas l’avoir fait elle-même. Elle se mit à gémir fortement lorsque la langue d’Andrew s’aventura dans son cou. Elle devait avouer qu’elle ressentait des fortes émotions lorsqu’il venait la lécher de la sorte…

Dans un moment d’empressement, Andrew glissa son pantalon, lui coupant le souffle. Elle se sentait mise à nue… et c’était probablement la bonne expression à utiliser. Maintenant qu’elle était presque dans le plus simple appareil, elle se sentait timide… intimidée. Maintenant qu’elle y pensait, elle était simplement une jeune fille qui tentait de jouer avec des jouets d’adulte. C’était du moins l’impression qu’elle se donnait en voyant à quel point Andrew avait de l’expérience, alors qu’elle peinait à enlever ses propres vêtements devant lui. La preuve étant, une fois de plus, qu’il avait pratiquement tout fait… même se dévêtir lui-même. La jolie pierre précieuse ressentit un pincement au cœur à l’idée qu’elle n’avait pas eu le loisir de découvrir Andrew et de le faire frémir par elle-même. Elle n’eut cependant pas longtemps pour y penser, la vue d’un Andrew aux cheveux ébouriffés par tout l’effort qu’il donnait. Son regard se perdit sur elle, et elle se mit à rougir fortement en mordillant ses lèvres, incapable de ne pas se sentir réservé. Andrew tenait sa faiblesse… puisqu’il était ce qui la rendait impuissante. L’idée même de le perdre venait creuser un trou béant dans son cœur. Elle avait détourné le regard, parce que l’espace d’un instant, elle avait refusé qu’Andrew voit sa faiblesse. Elle refusait qu’il comprenne qu’il devenait, petit à petit, sa seule raison de vivre. La féroce guerrière devenait une faible paysanne. L’impitoyable lionne devait un chaton ronronnant. L’étudiante intrépide devenait une adolescente amoureuse. Elle sursauta légèrement en sentant les doigts du garde-chasse revenir contre son corps pour l’explorer de nouveau. Elle ne bougea pas d’une mornille, docile comme un chiot bien entraîné. Elle retrouva le courage de regarder Andrew, mais il la prit par surprise en la plaquant contre le canapé, la faisant hoqueter de plaisir. Ses propres sons, ses bruits qu’elle produisait la mettait mal à l’aise. Sa main dans ses cheveux la fit frémir et elle se douta que ce simple contact suffirait à la rendre fiévreuse. C’était probablement la caresse qui lui plaisait le plus. Son amant revint alors goûter sa peau, humant son cou et mordillant son oreille, lui procurant le même effet que s’il l’avait laisser tomber en bas de son balai… elle était en chute libre, elle ressentait des émotions nouvelles et enivrantes. Lorsqu’il frotta de nouveau son bassin contre son intimité, Opale gémit… ce qui la rendit mal à l’aise lorsqu’elle remarqua qu’elle l’avait fait en harmonie avec lui. « Je crois que je vais perdre la tête, » J’ai déjà perdu la mienne. « Tu me rends fou. » Je le suis depuis que tu as déposé tes yeux sur moi. Opale laisse échapper un petit bruit de surprise lorsqu’il empoigna ses fesses et elle se rendit aussi compte qu’elle était restée aussi inerte d’une poupée de porcelaine. Elle avait pourtant tant de belles occasions de caresser son corps. Maintenant qu’elle l’avait à porter de mains, elle n’osait pas. C’était ridicule de remarquer à quel point c’était à son tour de ne pas savoir comment agir et qu’Andrew menait la danse. Elle avait si souvent l’habitude de l’inverse. Elle resta un moment surprise de sentir la raideur de son amant tout contre elle… tellement surprise qu’elle ne remarqua même pas qu’il était en train de s’attaquer à la dernière chose qui dissimulait ses atouts de femme. Alors que quelques minutes plus tôt, elle se disait qu’elle devait redevenir celle qui prenait des décisions, elle n’était plus trop certaine de vouloir écouter cette petite voix. Voir un Andrew en pleine maîtrise et conscient de ses capacités… l’excitait à un point tel qu’elle accepta volontiers de voir son soutien-gorge la quitter. Sa bouche trouva rapidement le chemin de sa nouvelle découverte et Oppie rougit fortement. Lorsqu’elle sentit sa langue, sa raison la quitte pour de bon. « Bon sang… » gémit-elle en fermant les yeux. Où se cachait donc le timide garde-chasse qui perdait tous ses moyens lorsqu’elle l’embrassait sur la joue. Elle ne voulait pas perdre cette part de lui… comme elle refusait de dire adieu à celle qu’elle découvrait maintenant et qui lui donnait moult plaisir.

Le cœur de la jeune femme battait si vite qu’elle avait l’impression qu’elle était sur le point de mourir. Elle ne pouvait pas nier qu’Andrew la désirait, c’était absolument indéniable et elle le désirait tout autant. « Drewie… » se surprit-elle à minauder, alors qu’il se mouvait afin de s’attaquer à la dernière barrière. Un vent de panique monta en elle, alors qu’elle déposait sa main contre la sienne pour arrête son mouvement. « Attend ! » s’exclama-t-elle alors qu’il descendait encore un peu le tissu mince qui ne la protégeait aucunement des frissons de ses caresses. Son regard se planta dans celui animal de l’homme qu’elle aimait et se mit à gémir simplement en y voyant le désir qui le brûlait de l’intérieur. Elle ne connaissait pas cet homme… mais bon dieu qu’il était attirant. Doucement, elle retira sa main, mais assez doucement pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas indifférente à ce qu’il lui faisait. Mais qu’est-ce qu’elle était en train de faire ? « Euh… » Ouais, c’est ça. Et tu te crois forte ? Elle déglutit avant d’empoigner elle-même cette dernière barrière et de plonger son regard dans celui d’Andrew. Lentement, très lentement, elle entreprit de descendre son sous-vêtement sans le quitter des yeux. Étrangement, elle trouvait plus excitant de s’offrir elle-même à lui et elle ressentait aussi une certaine satisfaction à l’idée qu’elle venait de lui enlever ce plaisir. Pour y parvenir amplement, elle s’était relever, laissant tomber sur le sol cette barrière maintenant superflu. Tu peux y arriver, Opale… Elle monta à califourchon sur lui, frissonnant de la nouvelle proximité entre leurs intimités. Lorsqu’elle eut terminé, elle releva la tête pour venir enfouir son visage dans le creux de son cou. « Tu donnes depuis tout à l’heure… sans jamais rien recevoir… » Cette simple phrase sembla s’éternisée dans sa gorge, chaque mot devenant un peu plus guttural que le précédent. Elle commença à lui mordiller les oreilles, caressant ses épaules. Elle ressentit un frisson et un pincement au cœur en caressant la toute nouvelle cicatrice, vestige de son combat dans les bois pour la sauver. Doucement, elle vint y déposer un baiser, aussi doux qu’une plume. Alors qu’elle revenait à son visage, l’étudiante plongea son regard dans le sien. C’est sans y penser réellement qu’elle lui ouvrit son cœur : « Je t’aime. » Sa main descendit doucement le long de son torse et Oppie décida qu’elle voulait aussi y goûter. Féline, elle l’obligea à se coucher, deux doigts sur son torse le poussant doucement vers l’arrière. Sa bouche vint s’abreuver à chaque parcelle de sa peau, à chaque muscle qu’elle rencontrait. « Je t’aime…. » soupira-t-elle de nouveau en descendant toujours un peu plus. Elle n’était pas certaine que ce qu’elle était sur le point de faire, mais c’était en testant qu’elle apprendrait. Sans crier garde, elle prit le caleçon entre ses dents, regardant Andrew droit dans les yeux pour qu’il soit dans l’obligation de la regarder. Un sourire malicieux revint sur ses lèvres. Elle reprenait doucement confiance, parce qu’elle savait qu’il la guiderait certainement. Les mains sur son torse, elles les laissa glisser alors qu’elle entreprenait de le dévêtir à son tour.

© 2981 12289 0

• • • • • • • • • • •

Amen
Last night I had a dream The dream I had was true I fell through the stars When walking on the moon Burned like a thousand candles in his arms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The Autority ϟ Obey him

Messages : 22
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Ven 12 Fév - 14:13


       
C'est la St Valentin

       

       

       
C'est toujours aussi chaud par ici à ce que je vois ! Tenez je vais vous aider gif n°2 pour le Drewpale ! Y a pas de quoi :luv:


Opale t'es trop rapide :keur:
       
code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wizard ϟ Call it magic

Messages : 235
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Mar 16 Fév - 21:34



❝You and me❞
Drewpale


« Drewie… » Sa voix résonna longuement à ses oreilles, comme un écho qui aurait oublié de s'éteindre. Entendre son surnom au creux de sa gorge provoqua une réaction beaucoup plus forte que ce à quoi il s'était attendu. Les battements de son coeur accélérèrent, une douce pression tout juste suffisante pour lui faire oublier, un instant, la peau douce qui était offerte à ses lèvres. Opale avait déjà prononcé son nom tant de fois ces derniers mois mais l'entendre dans un tel moment avait une portée tout à fait différente. C'était une marque d'intimité, le début de cette relation qu'ils construisaient depuis si peu de temps... Ils avaient encore tout à découvrir l'un de l'autre. Ses petites habitudes quotidiennes, l'expression qu'elle aurait en se réveillant à ses côtés, les sons qu'elle produirait pour chaque baiser qu'il déposerait sur son corps... Il voulait tout connaitre d'elle. Comme s'il tentait de rattraper le temps qu'ils avaient perdu en se mentant chacun l'un à l'autre. Andrew se demandait encore comment il aurait pu se convaincre de ne pas l'aimer... De ne pas sentir son monde chavirer chaque fois qu'elle se tenait un peu trop près de lui, chaque fois qu'elle lui parlait et que son sourire illuminait son visage. Le garde-chasse avait toujours été éperdument amoureux d'elle - il avait juste tenté de retarder l'instant où ses sentiments auraient pris le dessus sur sa raison, le condamnant à une folie plus douce que ce qu'il n'avait jamais connu. Peu lui importait désormais s'il se damnait... Les gémissements de plaisir que poussaient la jolie blonde valaient bien tout l'or du monde.

Ses mains continuaient à se mouvoir sur son ventre et descendaient doucement le peu de tissu qu'il lui restait. Son envie et son amour pour la jeune femme se consummaient, ses gestes se montrant protecteurs et fébriles à la fois. Mais lorsque la main d'Opale se posa sur la sienne, un vent de panique se distilla rapidement dans ses veines. « Attend ! » Andrew se stoppa net, le souffle court. Il n'avait aucune envie d'arrêter mais la crainte d'être allé trop loin pour la jeune femme l'emporta. Est-ce qu'il avait franchi les limites ? L'homme s'était laissé emporté par son désir, oubliant presque que c'était sa première fois pour la jolie blonde. Il avait fait de son mieux pour qu'elle se sente à l'aise, pour qu'elle soit sure de son choix, mais il avait peut-être manqué quelque chose... Pourtant, lorsque leurs regards se croisèrent, la jeune se mit à gémir distinctement et la chaleur qui brûlait au fond de ses pupilles ne lui laissait plus de doute. Alors pourquoi ?... Il commençait carrément à paniquer et s'apprêtait à s'excuser lorsque la main d'Opale repoussa doucement la sienne comme pour le rassurer, le laissant perplexe. « Euh… » Leurs yeux se croisèrent à nouveau. Andrew resta hypnotisé devant le spectacle que lui offrit la jeune femme. Ses mains délicates retirant son sous-vêtement avec une lenteur impossible... Il déglutit, incapable de détacher son regard. Il se sentait... légèrement frustré de n'avoir pu la dévêtir de lui-même, mais de la voir ainsi se mettre à nue pour lui le grisait encore plus. Ses yeux descendirent le long de son corps puis remontèrent après quelques instants, le rouge lui montant aux joues. Elle était si belle qu'il se sentit soudain intimidé... démuni face à ce petit ange qui lui avait ouvert son coeur et lui donnait à nouveau toute sa confiance. La jeune femme s'approcha pour monter à califourchon au-dessus de lui, leur soudaine proximité le faisant rougir davantage. Andrew l'entoura de ses bras lorsqu'elle se mit à frissonner. « Tu donnes depuis tout à l’heure… sans jamais rien recevoir... » Ses mots de plus en plus rauques résonnèrent comme une invitation indécente, et le contact de son intimité contre le mince tissu qui le couvrait encore ne firent qu'attiser le brasier de ses reins. Il du se mordre la lèvre pour retenir un gémissement de désir, mais ce fut son bassin qui le trahit en entamant un léger mouvement contre celui d'Opale. « Je reçois déjà tant de toi... » soupira-t-il dans son cou. Les mordillements et les caresses de la jeune femme l'excitaient et l'apaisaient à la fois, une douce lutte dans laquelle il se noyait volontiers. Un petit frisson l'agita lorsqu'un baiser plus léger que les autres effleura sa toute récente cicatrice. A ce geste, Andrew passa une main dans les cheveux de la jolie bonde, un sourire tendre sur les lèvres. Il voulait la rassurer et lui prouver qu'il ne regrettait rien de tout ce qu'il avait fait jusque là. Il se serait jeté cent fois à sa poursuite si c'était ce qu'il fallait pour la sauver. Ce fut son regard emplit d'amour et ses quelques mots qui l'achevèrent. « Je t’aime. » Ses lèvres s'entrouvrirent, ses yeux chargés d'émotions ne pouvant plus quitter les siens. « Je t’aime aussi,  » souffla-t-il. Puis la surprise s'afficha sur son visage lorsque, de façon féline, la jeune femme l'obligea à s'allonger. Andrew obéit de façon presque docile malgré son coeur qui battait à toute allure. Ses baisers sur chaque parcelle de sa peau le brûlait, augmentant le rythme effréné de sa respiration. Lorsque la lionne s'empara de son caleçon avec ses dents, Andrew ouvrit la bouche pour laisser échapper un son rauque mêlé de désir et de surprise. Oh bon sang... Ses doigts se serrèrent sur le tissu du canapé et son imagination s'affola. Les yeux dans les yeux, l'homme se sentait incapable de détourner le regard et le sourire malicieux de la jolie blonde le fit fondre. Son Opale... Taquine et joueuse. C'était à son tour de prendre le contrôle, et Andrew le lui laissa avec fébrilité. Doucement, sa main se tendit pour écarter quelques mèches du front de la jeune femme ; une présence rassurante, tout près d'elle, sur laquelle elle pourrait compter si jamais la confiance venait à lui manquer.
© Pando

• • • • • • • • • • •



Won't tell anybody that you turn the world around
I won't tell anyone that your voice is my favorite sound
I won't tell anybody,
won't tell anybody
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fallen Order ϟ Have courage

Messages : 388
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Mer 17 Fév - 4:35




Crazy in Love
Sofia Karlberg
Andrew & Opale
<3
« I look and stare so deep in your eyes,
I touch on you more and more every time,
When you leave I'm begging you not to go,
Call your name two or three times in a row
Such a funny thing for me to try to explain,
How I'm feeling and my pride is the one to blame. »
L’instant était plus magique que tous les étudiants de Poudlard réunis. Chaque fois qu’elle déposait ses lèvres sur lui, qu’une parcelle de sa peau effleurait la sienne, elle sentait des ailes lui pousser. Elle devenait un ange, une créature divine, entre les mains expertes de l’homme qu’elle aimait. Jamais elle ne s’était sentie aussi libre, aussi femme. Étrangement, elle ne se sentait plus elle-même, elle ne se reconnaissait même plus, elle avait l’impression d’être une marionnette qui obéissait au moindre désir de son possesseur… de son homme, Andrew. Véritable virtuose de ses lèvres, elle sentait l’émotion monter en flèche peu importe le geste qu’il imposait. Il tentait simplement de la mettre dans le plus simple appareil, mais elle sentait qu’il lui racontait une histoire… qu’il lui racontait leur histoire. Maintenant qu’elle repensait à tous ses moments passés avec lui, elle remarquait à quel point l’impulsivité du moment présent avait été refoulé sur une très longue distance. Elle repensait seulement à son entrée dans cette cabane, quelques heures plus tôt. Elle était là, à ses côtés, chaste et pure comme une fleur, rêvant simplement de l’embrasser. Maintenant, elle se retrouvait sous lui, sentant ses coups de bassin impatients, remplie d’un désir brûlant et insatiable de lui, tel un chaton à qui l’on promet une petite gâterie pour bonne conduite. Andrew était sa gâterie personnelle, une qu’elle pourrait goûter aussi souvent qu’elle en aurait envie. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander si les choses auvaient été différentes en lui avouant plus tôt ses sentiments. Andrew aurait-il été aussi réceptif qu’aujourd’hui, surtout qu’il l’avait tout de même repousser au premier contact physique… Elle lui en aurait probablement voulu et n’aurait jamais remis les pieds dans sa cabane. Non, les sentiments refoulés se ressentaient maintenant… ce soir… dans les bras du premier homme pour qui elle ressentait vraiment quelque chose de puissant. Elle n’aurait probablement jamais ressenti autant de désir qu’en ce moment présent.

Elle ne voulait pas le faire paniquer, mais leur proximité lui fit tout de même remarquer le souffle qui lui manqua. Elle eut peur d’avoir tout gâcher en stoppant son empressement et son besoin d'elle. Il était vrai qu’elle avait eu un peu peur, après tout elle ne connaissait rien de ce qui risquait… de ce qui allait se produire, parce qu’il était hors de question qu’elle lui dise stop si prêt du but. La jeune femme remarqua tout de suite l’incompréhension dans ses yeux, ce qui la chagrina, mais elle n’était pas de ses femmes qui se jouent des hommes et leur font croirent jusqu’au bout qu’ils ont leur chance avant de les jeter comme un vulgaire déchet. Elle n’avait aucunement envie de briser le cœur déjà si fragile de son amant. C’était pourquoi elle avait mis dans ses yeux toutes les belles émotions qu’il arrivait à lui faire ressentir, même sans la toucher. Il lui suffisait de paroles et de gémissements pour la rendre toute chose... Elle se demandait même comment elle pourrait se concentrer en cours une fois le week-end terminé… elle serait incapable de se sortir Andrew de la tête, c’était absolument impossible, et les images qui lui reviendraient la ferait probablement rougir plus que de raison. La forte lionne ronronnerait seule dans son coin comme un petit chat trop dorloté.

Une fois de plus, son regard croisa celui de son homme, le sien. Elle avait commencé à se dévêtir, le regardant dans les yeux pour ne perdre aucune de ses réactions, de ses émotions. Elle voulait voir le désir qu’il éprouvait pour elle grandir alors que rapetissait le moment tant attendu. Rougissante, elle avait attendu, le laissant la regarder, le laissant la désirer. Lorsqu’elle sentit que le moment était enfin le bon, la jeune Gryffondor était montée sur lui, refusant de se laisser aller à la gêne ou à la terreur de faire quelque chose de mal. Elle était Opale White, elle était forte et le serait pour toujours. Les bras d’Andrew s’étaient resserrés autour d’elle lorsqu’elle avait frissonné, mais ce contact empira les choses, ses sensations à fleur de peau, puisqu’elle était complètement nue contre lui. Elle sentait simplement le feu brûlant qui la ravageait de l’intérieur se décupler et qui refusait obstinément de se calmer. Le bassin d’Andrew fit encore des siennes et se mut sous elle, lui faisant de nouveau perdre la raison. Elle rejeta sa tête en arrière, soupirant d’aise et de désir. Ce qu'elle pouvait aimé le sentir contre elle.  « Je reçois déjà tant de toi... » Elle pensait pourtant le contraire, elle était insatisfaite de la situation, elle était aussi immobile qu’une poupée, se laissant dorloter et manipuler par la plus parfaite des personnes. Son souffle contre sa nuque eut le même effet que des centaines de papillons frôlant sa peau. Opale avait entreprit de parcourir le corps de son amant de baisers et s’était arrêté sur sa nouvelle cicatrice, preuve incomparable qu'il était son prince charmant, qu'il veillerait toujours sur elle. La main d’Andrew dans sa tignasse blonde la fit gémir, un geste qu’elle appréciait tout particulièrement. Elle se savait déjà fan de ce type de caresse bien avant aujourd’hui, puisqu’il avait toujours allumé un doux brasier entre ses reins. Elle avait de nouveau laissé parler son cœur en lui disant qu’elle l’aimait, deux fois plutôt qu'une, et elle avait vibrer en l’entendant lui répondre que lui aussi. C’était aussi doux et léger qu’une plume, mais aussi puissant et dévastateur qu’une explosion nucléaire. Elle aurait pu mourir maintenant, elle se serait sentie entière.

Andrew se fit obéissant lorsqu’elle lui demanda silencieuse de s’allonger. Elle avait donc commencé à embrasser chaque parcelle de peau possible, sentant son corps répondre à cette proximité. Elle était nue, mais elle était loin de ressentir le froid, malgré le feu éteint. Elle ne pensait même pas aux fenêtres de la cabane qui ne cachaient rien du spectacle qu’ils offraient, parce qu’elle n’avait maintenant que des pensées pour cet être exceptionnel qui cherchait à lui faire découvrir le plaisir charnel. Son cœur battait tellement fort qu’il lui arrivait, par moment, de ressentir une vive douleur, comme s’il était prêt à lâcher sous l’émotion. Mais elle passa au-dessus de tout ça, se sentant en confiance, et entreprit de dévêtir Andrew. Lorsque le caleçon de ce dernier entra en contact avec ses dents, Opale le fixait déjà intensément. Il avait ouvert la bouche et un son rauque et animal s’était échappé de ses lèvres… quelque chose rempli de désir. Ce son, elle ne l’avait jamais entendu et il lui plaisait déjà, parce qu’il traduisait si fidèlement ce qu’elle ressentait elle-même, ce désir intense de plaire à son amant. Elle sentir ses étincelles qui explosaient dans son bas ventre. Sans une parole, il arrivait à lui faire comprendre qu’il appréciait ce qu’elle allait faire et c’était le plus violent des stimulateurs. Son regard se planta dans le sien et elle se sentit intimidé à l’idée qu’il la regarde faire… mais étrangement excité à l’idée qu’il ne manquerait rien du spectacle qu'elle était prête à lui donnee. Alors qu’elle descendait doucement le bout de tissu, incertaine, l’une de ses mains vint caresser son visage et écarter quelques mèches rebelles. Cela la rassura et lui donna de l’assurance, celle qui lui faisait cruellement défaut. Elle quitta un moment le morceau de tissu pour mordiller les doigts tout près de son visage et, dans un moment d’égarement et d'excitation, en mit un dans sa bouche en le fixant du regard, le suçotant doucement. Elle laissa sa langue s’égarer un moment, mordillant tendrement ce bout de chair. Lorsqu’elle le quitta enfin, elle replongea rapidement sur sa besogne. Impatiente ? Oui, elle l’était ! Parce que maintenant, elle était aussi chaude que la braise du foyer. Sa langue vint chatouiller le creux de ses reins avant de remonter doucement vers son torse alors que sa main s’occupa de retrouver le caleçon de son amant. Aussitôt, elle le libéra de cette prison, découvrant ce qui faisait d’Andrew un homme. Opale n’osa pas regarder, mais la curiosité fût bientôt plus forte qu’elle. Elle lâcha son corps qu'elle continuait de découvrir et l’observa un moment en rougissant comme une gamine prise en défaut. Le corps d’un homme… elle l’avait déjà vu en photo, l'avait même étudier, mais le voir en vrai, c’était si différent. Elle ne pouvait pas nier qu’elle aimait ce qu’elle voyait et à quel point cette vue la faisait brûler de désir. Ses deux mains parcoururent les cuisses du garde-chasse, le chatouillant et frôlant dangereusement. Ils étaient maintenant dans la même situation, il n’existait plus d’obstacle.

Privé trop longtemps de son goût merveilleux, elle revint taquiner ses lèvres, sentant chaque partie du corps d’Andrew contre le sien, ce qui la fit frémir et rougir. Lui, il ne pouvait pas cacher son désir pour elle, il était flagrant et rigide. Dans un moment d’excitation intense, elle mordit sa lèvre un peu plus fort qu’elle ne l’aurait voulu. Pour s’excuser, Opale lécha sensuellement sa lèvre, voulant se faire pardonner. Elle revint mordiller son cou, heureuse d’avoir le dessus sur lui, sachant que cela ne durerait pas bien longtemps dans l’état avancé qu’ils étaient. Elle tenta de répéter la même expérience que lui et marqua de rouge son cou, possession d’Opale White, pour qu’il soit sien. La jeune étudiante commençait à avoir chaud, terriblement chaud, alors qu’elle se trouvait au-dessus du garde-chasse. Elle lui prit alors les deux mains et les amena au-dessus de sa tête, l’emprisonnant alors qu’elle taquinait son visage, mordillait son cou et léchait le lobe de son oreille sensuellement en se dandinant doucement. Rapidement, elle vint reprendre possession de sa bouche alors qu’elle prenait l’une de ses mains qu’elle avait capturées. Doucement, elle porta sa main contre son cou, l’obligeant à la caresser. Elle quitta ses lèvres et planta son regard dans le sien, sans le toucher, son souffle s’accélérant alors qu’elle lui faisant caresser sa poitrine. Elle rougit faiblement en descendant sa main contre son ventre et haletant en l’approchant de son intimité. La main du garde-chasse dans la sienne, elle l’approcha de nouveau, déglutissant avec peine et le souffle court… alors qu’elle l’incitait à prendre possession d’elle.

© 2981 12289 0

• • • • • • • • • • •

Amen
Last night I had a dream The dream I had was true I fell through the stars When walking on the moon Burned like a thousand candles in his arms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wizard ϟ Call it magic

Messages : 235
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Jeu 18 Fév - 2:37



❝You and me❞
Drewpale


I've been thinking, I've been thinking
Why can't I keep my fingers off it ?
Baby, I want you

Ses bras s'étaient automatiquement resserrés autour du petit corps de la jeune femme lorsque celle-ci était venu le rejoindre à califourchon, lui prodiguant un cocon d'amour et de protection du plus profond de son coeur. C'était comme tenir un petit joyau contre lui, un bijou à l'éclat le plus pur qu'il voulait chérir jusqu'au lever du soleil. Il souhaitait que le matin n'arrive jamais et que cet instant s'arrête, que les minutes cessent de s'écouler et que ce moment devienne sa réalité, intense, infinie. Ses yeux épousaient son corps afin d'en graver le souvenir, les courbes de ses reins qu'il sentait naitre sous ses doigts, la peau velouté de ses bras, l'or pur qui jouait dans ses cheveux sous les rayons de la lune... Il osait à peine la toucher de peur qu'elle ne soit qu'un mirage qui s'évanouisse au moindre contact. La jeune femme frissonna doucement contre lui, électrisant ses sens. Il se sentit trembler doucement contre elle, à son tour. D'impatience, d'excitation, de bonheur tout simplement... Un torrent d'émotions qu'Opale lui faisait ressentir avec une facilité presque effrayante. Andrew était certain qu'elle aurait pu faire n'importe quoi de lui ; d'un geste ou d'une parole, elle pourrait obtenir n'importe qui. Il se sentait comme un croyant face à un prophète, guidé par une foi dont il ne pouvait se défaire malgré ses tentatives les plus folles. Ses pêchés seraient sans doute trop nombreux à porter... Et celui qu'ils s'apprêtaient à commetre ce soir ne l'aiderait en rien à se défaire de l'emprise que son amante avait sur lui. Mais le souhaitait-il vraiment ? Non, bien sur que non. Il avait succombé depuis bien trop longtemps pour pouvoir refaire à surface à nouveau et si Opale était son océan, il s'y noierait encore mille fois.

Andrew se sentait perdre la tête à nouveau. Leur proximité soudaine le torturait à petit feu, plus dangereuse qu'apaisante. Il pouvait sentir l'intimité de la jeune femme se presser contre la sienne, trop proche, trop lointaine encore. Chacun de leur mouvement, même infime, poussait leurs bassins à s'entrechoquer et ses hoquets de plaisir s'étouffèrent difficilement au fond de sa gorge. Opale rejeta la tête en arrière à son tour et soupira de désir, offrant sa gorge à sa vue. La marque qu'il y avait laissé rougeoyait, et de la savoir marquée ainsi ne fit que gronder en lui une envie plus sauvage, animale. Elle était sienne... Ses mains s'égarèrent dans sa chevelure et le gémissement qui franchit les lèvres de la jolie blonde lui confirma que c'était un endroit qu'elle appréciait particulièrement. Puis trois petits mots vinrent remplacer tout le reste, trois mots d'amour avoués sous l'émotion qui les étreignait. Son coeur fit des bonds impressionnants dans sa poitrine et le laissa à bout de souffle. Il tournait, emporté par le raz-de-marée que ces quelques mots déclenchèrent en lui. Arrêter le temps, pour toujours. Se laisser guider par cette sensation de vide absolu où il tombait, tombait sans fin jusqu'à ce que son coeur ne finisse par s'arrêter. Mais Opale continua à se mouvoir contre lui, descendant plus bas jusqu'à ce que ses dents s'arrêtent sur le bord de son caleçon. L'homme avait glissé sa main contre sa joue pour la rassurer, mais ce qu'elle fit le laissa plus à bout de souffle. Retenant les quelques mèches rebelles qui avaient glissées devant ses yeux, Opale profita de sa présence proche pour venir mordiller ses doigts et, après quelques secondes, l'un d'entre eux glissa entre ses lèvres. Andrew se mordit si fort le bout de la langue qu'il faillit lacher un gémissement de douleur. Un son rauque s'échappa de la gorge, se transformant en un long soupir d'excitation qui enflamma ses reins. S'il n'était pas déjà au bord d'exploser, c'était désormais chose faite. Ses yeux se plantèrent dans les siens, mais sa vision tremblait tant qu'il eut  du mal à soutenir son regard. Il avait la lancinante impression que ce n'était pas son doigt qu'elle suçait et cette idée enflamma chaque parcelle de son corps. Il remua légèrement sous elle, haletant, la pression de son sous-vêtement sur son membre devenant plus que douloureuse. Ses doigts se crispèrent dans sa chevelure d'or. Elle allait le rendre dingue. Andrew se demande même brièvement s'il parviendrait à tenir jusqu'au bout à ce rythme là. Sa douce torture ne dura pas, cependant, et la jeune lionne remonta le long de son torse avant de le libérer enfin de son dernier vêtement. L'homme retint un frisson et expira profondément. Opale osa finalement poser son regard sur lui et il trouva la rougeur de ses joues adorables. Il haletait, un doux sourire aux lèvres. Les battements de son coeur ne tenaient plus qu'à un fil, et les mains de la jolie blonde parcourant ses cuisses ne firent qu'aggraver son état. Il ne rêvait plus que d'une chose désormais : que ses mains s'aventurent plus loin, ou que ce soit les siennes qui découvrent la douce chaleur de son corps. Ses pupilles d'un feu ardent rivalisaient sans peine avec ceux de la jolie lionne, désormais. Lorsqu'elle remonta le long de son tose pour s'emparer à nouveau de ses lèvres, Andrew frémit sous la douce caresse de leur peau et la pression de son corps contre le sien, parfaitement conscient de ses atouts de femme. Une chaleur intense gronda au fond de son ventre. Ses mains s'agrippèrent à elle, fébriles, impatientes. Leur baiser devint plus charnel et la douleur qui perça soudain ses lèvres déclencha un éclair de plaisir le long de ses hanches. Mais ce fut le picotement aigu sur son cou qui acheva de le faire plonger. Il se fit marquer à son tour par la jeune lionne, ses mains se glissant dans ses cheveux et sa tête se renversant en arrière sous le désir qui l'envahissait furieusement. L'homme ne faisait plus tout à fait la distinction entre la réalité et ses sens qui le mettaient hors d'haleine. Il remarqua à peine que la jolie blonde remontait ses mains au-dessus de sa tête - il se rendait juste compte de sa soudaine faiblesse face à elle et du corps de la jeune femme qui glissait contre le sien, insaisissable. Tous ses sens étaient en feu. Et lorsqu'Opale prit sa main pour la faire glisser le long de ses courbes... Andrew cru qu'il allait livrer son dernier souffle. Hypnotisé, il laissa descendre ses doigts le long de son cou, de sa poitrine, puis de son ventre avant de s'échouer plus bas encore. Ses yeux sombres se fixèrent sur ceux de la jeune femme alors qu'il se redressait doucement, son bras libre se calant dans le creux de ses reins pour la soutenir. Sa respiration n'était plus qu'une brise sourde, hachée. Sans lâcher son regard, l'homme descendit encore... Atteignant une forêt d'or qu'il dépassa à son tour. Et dans un dernier souffle, avec l'accord silencieux d'Opale, l'un de ses doigts glissa lentement en elle. Son regard se voila. C'était... La première fois qu'il explorait son corps de cette manière. Et il ne voulait perdre aucune de ses réactions. D'un geste tendre, il entama le premier mouvement, mordillant sa lèvre inférieure sous les frissons qu'elle lui faisait ressentir. Une passion plus douce mais aussi plus ennivrante s'empara de lui. Son pouce vint se positionner sur la petite boule de chair qui se trouvait juste au-dessus et y effectua de très légers cercles. Il voulait la faire monter tout doucement. Lui faire découvrir chaque parcelle de son corps qu'elle ignorait encore, lui laisser le temps d'apprivoiser ses nouvelles sensations. Son souffle chaud se perdit sur les lèvres rougies de la jolie blonde tandis qu'il augmentait peu à peu le rythme. Il tremblait, lui aussi. Il n'avait jamais autant désiré une femme. Son attention se perdit un instant le long de sa poitrine qu'il vint réchauffer de sa langue, redessinant ses courbes et mordillant légèrement les pointes qui s'y dressaient. Un deuxième, puis un troisième doigt rejoignirent rapidement le premier. Malgré son désir de la faire durer, Andrew sentit qu'il ne pourrait pas tenir beaucoup plus longtemps. Il haletait contre la jeune femme, ses tremblements agitant désormais le reste de son corps. Ses doigts jouaient entre ses cuisses dans un rythme de plus en plus rapide. Ses caresses étaient devenues plus brusques, plus empressées. « Je te veux, » gronda-t-il soudain, sa main quittant son intimité pour la soulever par les hanches. Sans crier gare, il la fit basculer sur le canapé et se glissa entre ses jambes, son expression presque animale. Ses mains remontèrent le long de ses cuisses lorsqu'il se pencha en avant, douces et fermes. Il brûlait de l'intérieur. Il la voulait. Terriblement. Ses yeux d'un noir pur cherchèrent les siens pour lui poser une question muette. Lui dire qu'elle pouvait encore tout arrêter si elle le voulait. Que malgré le désir qui le dévorait, il saurait se retenir si elle changeait d'avis. Mais ses mots ne passèrent jamais sa gorge... Et la lueur qu'il devina au fond de ses yeux lui tint lieu de réponse. Retenant son souffle, Andrew s'empara de ses hanches et enfouit son visage dans son cou en la faisant sienne pour la première fois.
© Pando

• • • • • • • • • • •



Won't tell anybody that you turn the world around
I won't tell anyone that your voice is my favorite sound
I won't tell anybody,
won't tell anybody
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Fallen Order ϟ Have courage

Messages : 388
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Jeu 18 Fév - 4:25




Crazy in Love
Sofia Karlberg
Andrew & Opale
<3
« I look and stare so deep in your eyes,
I touch on you more and more every time,
When you leave I'm begging you not to go,
Call your name two or three times in a row
Such a funny thing for me to try to explain,
How I'm feeling and my pride is the one to blame. »
Opale gémissait comme un petit chiot entre les mains de son amant et elle se sentait un peu ridicule, bien qu’elle ne pouvait pas contrôler les sons si naturels qui voulaient franchir ses lèvres.  La tête qu’elle avait rejetée vers l’arrière ne lui permettait plus de suivre les mouvements d’Andrew, raison pour laquelle elle frissonnait chaque fois qu’il déposait ses mains sur elle, que ses lèvres frôlaient une parcelle de sa peau.  Elle ne pouvait retenir ses mouvements de bassin, ressentant un plaisir fou lorsqu’elle se frôlait à lui. Mais ce morceau de tissu était toujours en place et c’était si choquant de le laisser là, dans leur moment d’intimité. Il était hors de question qu’il le garde plus longtemps. Elle était nue, il était toujours légèrement vêtu, c’était une injustice. Le juge White avait donc abaissé son marteau, laissé tomber sa sentence, décrété qu’on l’on devait remédier à la situation et avait ordonner que l’on applique la condamnation. L’armée blanche avait donc encerclé le tissue avant de le tirer doucement vers la prison froide du sol, rejoignant ses compères détenus. Une objection de la partie adverse arrêta l’avocate d’une caresse à son visage et elle revint à la réalité, appréciant la caresse. Toujours dans sa bulle de béatitude, la jeune blonde avait mordillé tendrement ses doigts avant d’en engloutir goulument un. Il avait alors réagi tellement fortement qu’elle en fut attendrie et excitée à la fois. Son soupir la rendit euphorique, confiante du charme qu’elle pouvait opérer chez lui. Il planta son regard dans le sien et elle se figea un instant, l’émotion et l’excitation étant palpable dans son regard et sa gestuelle. Il tremblait faiblement, très faiblement, mais elle pouvait le sentir à sa main contre son visage qui semblait vivre un terrible combat intérieur. Gladiateur de son cœur, Andrew combattait son démon pour l’empêcher de prendre le dessus sur lui et de terroriser la jeune vierge en robe blanche. Il remua doucement et Opale mordit fortement sa lèvre inférieure pour s’empêcher de gémir en sentant le membre ferme qui cherchait à la posséder. Les doigts d’Andrew se crispèrent dans ses cheveux, lui arrachant un souffle de douleur qui, loin de la rebuter, l’incita à poursuivre sur la même voie. Son garde-chasse agissait maintenant par instinct, comme un loup solitaire qui trouvait une pauvre femelle égarée.

Lorsqu’Opale eut finalement le courage de complètement dévêtir Andrew, il poussa un soupir de bien-être, comme s’il attendait depuis un moment qu’elle le fasse. Taquine, elle avait attendu, jouant avec lui comme un chat aurait jouer avec une souris. Non pas qu’elle souhaitait connaître ses limites, cela aurait été bien trop cruelle… mais bien parce qu’elle était comme ça et que voir le désir dans ses yeux la satisfaisait autant qu’un Optimal pour un Serdaigle. Avec une grande respiration, elle en avait profiter pour regarder ses formes, certaines qu’elle pourrait très bien les recréer dans son esprit lorsqu’elle se sentirait un peu trop seule dans sa salle commune. Dans l’obscurité de son lit, cette image de son homme nu et brûlant de désir pour elle serait d’un immense réconfort… même si elle se doutait aussi qu’elle ferait aussi naître de forte sensation à chaque hormone de son corps qui, à ce moment, aurait déjà connu son amour et sa passion. Elle avait parcouru son corps dévêtu pour retenir la pigmentation de sa peau et le frisson qui le parcourrait, mais elle n’osa pas non plus s’attaquer maintenant à l’objet de taille qui se dressait devant elle. Le fait qu’il la laisse ainsi explorer son corps lui donna des papillons dans l’estomac. Il était aussi docile que les créatures magiques qu’elle avait vues en sa compagnie, lorsqu’Andrew les dressaient et les nourrissaient. Dégageait-elle la même assurance ou prenait-il simplement plaisir à ce qu’elle prenne le contrôle ? Elle avait sensuellement ramené son corps contre le sien avant de reprendre possession de ses lèvres. Les siennes lui chauffaient, de trop embrasser, mais c’était une douleur plus que soutenable et agréable. Il s’agrippa alors à elle, la faisant doucement haleter contre son oreille. Lorsqu’elle marqua à son tour sa peau pour le faire sien, Andrew réagit fortement en rejetant sa tête, et elle s’amusa de voir un homme avec l’expérience de l’amour être aussi envoutée par une novice comme elle. En parfait contrôle, elle l’avait emprisonné sous elle pour le prodiguer caresses et baisers.

La jeune sorcière entreprit alors de caresser son corps par l’intermédiaire de la main de son amant. Il n’y avait rien dans son regard, absolument rien d’autre que le désir qui le consumait à petit feu. Elle connaissait son cœur fragile et elle se demandait malgré tout si cela n’était pas sans danger pour lui. Lorsqu’elle dépassa son nombril, Andrew se souleva, libérant sa main, homme fort qu’il était face à cette faible étudiante. Sa main se nicha au creux de ses reins et elle frissonna, ne pouvant qu’imaginer la suite. Opale était une étudiante comme une autre et elle aurait menti en disant qu’elle n’avait jamais touché à sa propre intimité certains soirs. Lorsqu’il arriva tout prêt de cette intimité, Opale n’hésita pas un seul instant et elle le regarda avec tout l’amour qu’elle trouvait dans son cœur. Lorsqu’il ressentit son accord, Andrew inséra un doigt dans son intimité, lui coupant aussitôt le souffle. Son regard s’était modifié et avait tout d’un animal, ce qui excita plus que de raison la jeune Gryffondor. Son être entier frissonna lorsqu’il entama un mouvement et elle ferma les yeux bien malgré elle. Lorsque son pouce entra en action, la sorcière poussa un gémissement avant de mordre fortement sa lèvre inférieure, haletant doucement alors qu’elle sentait de toutes nouvelles sensations la prendre. Venant d’une autre personne c’était si… imprévisible et si bon. Le souffle d’Andrew contre son visage l’acheva alors qu’il commençait à aller de plus en plus vite. Elle prit possession de ses lèvres et mordilla sa lèvre inférieure pour étouffer une vague de jouissance qui s’était emparer d’elle et qu’elle avait tenté de cacher. Elle n’eut bientôt plus rien pour l’aider à cacher ses signes de bien-être, puisque la bouche d’Andrew vint d’abreuver à se monts, léchant chaque partie qu’il pouvait, la faisant de nouveau poussé de petits cris de jouissance qui la firent rougir. Opale perdit son souffle en sentant les doigts d’Andrew qui s’ajoutaient petit à petit et elle ferma les yeux alors qu’elle se mettait à trembler, gémissant sans pouvoir s’arrêter. Elle sentait Andrew qui haletait tout contre elle, tremblant de tout son corps, et elle sentit une vague de bien-être la frapper. Non… il était trop tôt… elle devait… « Je te veux. » Il avait gronder et elle poussa de petits gémissement, grondant de mécontentement à son tour en le sentant quitter son intimité. Elle laissa tout de même sortir une petite plainte de surprise lorsqu’il la souleva par les hanches. Il la plaqua contre le canapé, se glissant entre ses jambes, ses yeux reflétant une animosité qu’elle avait reconnue dans ceux d’Ebony, créature sauvage. Ses mains qui parcoururent ses cuisses étaient un doux mélange sucré et amer. Sucré de tendresse et amer de contrôle. De cette simple poigne, il lui faisait comprendre qu’il était le maître et qu’elle était l’esclave… qu’il était le professeur et elle l’élève. Ce constat la fit frémir, car il n’était pas si loin de la réalité. Andrew était un adulte, un vrai…

Son regard se plongea dans celui de son instructeur, celui qui lui montrait les méandres de l’amour. Elle fuyait son regard, terrorisé de l’étape à venir. Mais elle se calma soudainement en se disant qu’ils avaient fait tellement de chemin tous les deux qu’il lui était pratiquement impossible de lui refuser une telle chose. De plus… elle en avait atrocement envie, elle le désirait plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Chaque parcelle de son corps, chaque organe, chaque centimètre de peau s’étiraient dans sa direction et lui criait de la prendre maintenant. Andrew, son tendre amour, était prêt à tout arrêter si elle le lui demandait. Elle voyait bien l’état dans lequel elle venait de le mettre, elle sentait encore ses doigts qui se mouvaient en elle et elle ne pouvait s’imaginer s’offrir à lui maintenant. Il était parfait, il était l’homme parfait… et il serait bientôt sien. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, vile tentatrice qu’elle était, une lueur de désir pure brûlant au fond de ses pupilles. Andrew la comprit bien assez vite, il n’avait pas besoin d’un manuel d’instructions, ni de traduction. Andrew retint son souffle et, alors qu’il enfouissait son visage au creux de son cou, la posséda entière, lui arrachant le souffle et une légère plainte de douleur. Elle ne pouvait pas nier qu’elle ne ressentait pas cette douleur, cette intrusion étrangère en elle. Elle ferma les yeux un moment, déposa sa main dans les cheveux d’Andrew et déposant sa tête contre la sienne. Elle s’était crispée, elle le savait, sous la douleur qu’elle avait ressentie lorsque son hymen s’était détendu pour la toute première fois, puisque ses doigts se cramponnaient toujours fermement au tissu du canapé, ses jointures aussi blanches que la neige. Elle reprit son souffle, caressant les cheveux de son amant et se détendant finalement, prenant conscience de sa présence en elle. Il était là, maintenant, en parfaite communion avec son être, ils ne faisaient plus qu’un. Lorsqu’elle avait déposé ses yeux sur lui pour la toute première fois, elle n’avait jamais imaginé qu’une tellement chose puisse se produire. Elle s’était éprise de lui, sans réellement espoir de pouvoir devenir sienne. Aujourd’hui, dans cette cabane qui les avait vu rire et se disputer si souvent, il faisait d’elle une femme à part entière. Un sourire sur les lèvres, elle embrassa sa joue pour le remercier d’être aussi tendre avec elle pour sa première fois et elle lui mordilla sensuellement l’oreille, lui faisant comprendre qu’elle était prête à continuer. Il comprendrait le message… il le comprenait toujours. Ils étaient faits l’un pour l’autre. Elle caressa doucement ses cheveux, son autre main venant empoigné fermement l’une de ses fesses. Elle était prête.

© 2981 12289 0

• • • • • • • • • • •

Amen
Last night I had a dream The dream I had was true I fell through the stars When walking on the moon Burned like a thousand candles in his arms
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The Autority ϟ Obey him

Messages : 22
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Dim 28 Fév - 11:59


       
C'est la St Valentin

       

       

       
Eh biencelà faisait longtemps que je n'étais pas venu dans les parages ... Boum on relance un petit tour !


J'suis sympa là  :keur:
       
code (c) crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Wizard ϟ Call it magic

Messages : 235
MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   Sam 12 Mar - 22:43



❝You and me❞
Drewpale


Andrew retint son souffle à l'instant où il se liait pour la toute première fois avec Opale. Son coeur entama une cadence infernale, trop lente pour qu'il puisse laisser l'adrénaline prendre le contrôle et trop rapide pour se rattraper à la moindre once de raison. Sa respiration se brisa, ses lèvres tremblèrent dans la nuque de la jeune femme et sa prise sur ses hanches se fit à la fois possessive et protectrice. Il... N'avait jamais ressenti un moment aussi parfait que celui-ci. Comme si le monde s'était retourné autour d'eux et qu'ils étaient devenus le point central d'une tempête plus douce que toutes les autres. Pour la toute première fois, enfin, ils ne faisaient plus qu'un. Andrew ne comptait plus les moments où il en avait rêvé, les joues brûlantes de honte d'imaginer la profaner ainsi et les reins bien plus chauds encore, rougeoyants d'un désir trop adulte pour le laisser s'épanouir. Il avait chéri les quelques instants qu'ils avaient partagés ensemble, la chaleur des braises de sa cheminée lors des soirées d'hiver et la vive luminosité de leurs éclats de rire, mais rien, absolument rien n'était comparable au brasier qui le consummait désormais. Leur promesse était silencieuse, éternelle. La chaleur de la jeune femme l'entourait et il du se mordre la lèvre pour ordonner à son bassin de ne pas bouger. C'était sa première fois... Il devait prendre soin d'elle. Une légère plainte de douler provint d'Opale et il leva une de ses mains pour venir caresser doucement sa joue dans un rythme apaisant, son pouce passant le long de ses tempes pour y écarter quelques mèches. Andrew quitta sa nuque, son regard sombre se plongeant dans le sien pour vérifier que tout allait bien. Plus que tout, il ne voulait surtout pas la blesser, ni l'effrayer. Il voulait que cette dance soit la plus belle que toutes celles qu'elle vivrait jamais. Ses yeux étaient clos et son corps se crispa autour de lui. L'homme pencha la tête, cherchant le contact de sa main qu'elle avait glissé dans ses cheveux pour la ramener à la réalité, pour ne pas qu'elle se concentre sur cette légère douleur qui ne serait que passagère. Elle disparaitrait bientôt. Lorsque, enfin, Opale lui offrit à nouveau un sourire, Andrew sut qu'elle avait passé le cap. Son corps se détendit et son petit mordillement sensuel le fit frissonner. C'était sa façon à elle de lui dire que tout allait bien. Andrew lui sourit en retour, bien que le sien soit voilé d'un désir qu'il peinait à restreindre.

Sa main quitta sa joue pour venir se poser sur le bord du canapé, cherchant un appui. Doucement, il mouva ses hanches contre les siennes, son regard accroché à son visage pour vérifier que tout allait bien. Opale comptait plus que tout, plus que son désir et ses instincts. Ses mouvements prirent peu à peu plus d'assurance et son souffle se transforma en soupirs de plaisir. Il sentait son corps s'électrifier, parcouru d'un courant dévastateur. Lentement, ses veines s'embrasèrent comme une cendre et il plongea dans l'océan de sensations que la jeune femme lui offrait. Passion, perdition, folie et adoration se mêlèrent dans son coeur alors qu'ils entamaient la dance tous les deux, leurs deux corps se mélangeant pour ne faire plus qu'un. Ses hanches adoptèrent un rythme plus erratique et plus brutal lorsque les premiers gémissements d'Opale l'enflammèrent. Il voulait l'entendre à nouveau ; la faire crier de plaisir, hurler son nom de ses lèvres trop rouges et trop pleines, sentir son ventre trembler et ses cuisses l'enserrer comme si elle perdait pied. Il voulait qu'elle perde la tête, qu'elle oublie tous les codes de conduite qu'on lui avait jamais dicté et qu'elle devienne cette lionne qui grondait en elle. Il voulait la sentir vibrer, aimer, vivre. Ses mains descendirent le long de ses hanches pour s'emparer à son tour de ses fesses et les presser en avant, plongeant un peu plus loin en elle. Elle l'envoutait. Ses prunelles sombres se perdaient dans les siennes tandis que ses ongles s'enfonçaient un peu plus dans le tissu du canapé. Il n'avait plus tout à fait conscience du flot de gémissements sourds qui passaient sa gorge. Seuls les sons de leurs corps semblaient emplir le silence, une litanie qui le rendait fou. Andrew enfouit son visage dans le cou de la jeune femme pour parsemer sa peau de baisers, ses dents mordillant la peau tendre à chaque coup de rein, de plus en plus rapides et violents. Son torse était pressé contre la poitrine d'Opale et chacun de leurs mouvements lui arrachait de longs frissons de plaisir. Il ne parvint pas à savoir combien de temps ils passèrent ainsi, à se fondre l'un contre l'autre, leurs gémissements se mêlant comme s'ils ne formaient plus qu'une seule et longue note troublée par le plaisir. Andrew sentait qu'il ne tiendrait plus très longtemps. Son coeur était ravagé, en complète perdition. Lorsque ses gémissements devinrent des grognements sourds, sa poigne quitta les fesses de la jeune femme pour plonger dans sa chevelure et lui vola un profond baiser. Pressé ainsi contre celle qu'il aimait et qu'il avait tant désiré, les courbes de leurs corps s'épousant avec perfection, Andrew se laissa partir d'une explosion d'émotions, un feu d'artifice qui le fit vibrer de tout son être. Son souffle et ses mots s'entrechoquèrent. Sa poitrine manqua un battement, puis deux, puis trois, jusqu'à ce qu'il soit en plein naufrage. Le plaisir consuma complètement ses sens. Il haletait, les joues rougies et ses tremblements s'évanouissant peu à peu dans tout son corps. Ses yeux reprirent peu à peu une couleur plus naturelle et le feu de son désir laissa la place à une douceur tout aussi grande. « Je t'aime, » murmura-t-il doucement à son oreille alors que son univers prenait une teinte tout à fait différente. Ses doigts effleurèrent ses cheveux, sa joue, le haut de son cou avec légèreté. Elle était un trésor. Son trésor.
© Pando

• • • • • • • • • • •



Won't tell anybody that you turn the world around
I won't tell anyone that your voice is my favorite sound
I won't tell anybody,
won't tell anybody
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [ HOT ! ] [Flashback] You + Me - Drewpale
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeternam Irae :: Magical Story :: Écosse :: Poudlard :: Extérieur :: La forêt interdite-